Le temps se fige
Between nature and history

Road trip d'une semaine en Andalousie

23 décembre 2017
Paysage d'oliviers au lever du soleil

 

Octobre. Nous avons un peu plus d'une semaine de congés avant les vacances de la Toussaint mais nous n'avons absolument rien de prévu. L’Andalousie était une destination qui nous faisait envie depuis un petit moment et qui a l'avantage d'être une région d’Europe “pas trop loin” de chez nous en voiture, pas très chère et qui, accessoirement, nous permet d’esquiver la pluie et le mauvais temps automnal qui commence à percer sur nos chères terres françaises. Il faut le dire, même si nous adorons les couleurs de l'automne, nos shorts et nos tongs nous manquaient un peu.

On vous prend en voiture pour un ROAD TRIP sur les routes andalouses pendant une semaine
 

Notre road-trip en Andalousie

Jour 1 : Au royaume des oliviers

Après une bonne dizaine d’heures de voiture, nous nous arrêtons aux portes de l’Andalousie, au nord-est de Cordoue et de Grenade, dans le petit village de Santa Elena, dans la province de Jaén, juste pour passer la nuit.

Où camper aux portes de l’Andalousie ?
Nous nous sommes arrêtés au camping Despeñaperros, proche de l’autoroute (idéal pour reprendre la route le lendemain) mais pas trop (idéal pour ne pas avoir à mettre de boules Quies toute la nuit). L'accueil n'est pas des plus agréables mais le camping est très correct avec des emplacements grands et ombragés et des sanitaires bien tenus. Mais attention, le sol est très très dur, pas vraiment facile de planter des sardines.
TARIF : 17.80€ la nuit pour deux avec tente et voiture

 

Nous reprenons la route le lendemain (notre vraie première journée en Andalousie) vers le sud pour explorer cette même province quelque peu méconnue et où quelques balades dans de jolis villages blancs nous attendent. Mais la province de Jaén c’est surtout le royaume des oliviers. On sait que l’Andalousie est connue pour son huile d’olive (on a d’ailleurs déjà prévu d’en ramener dans nos valises) mais nous ne nous attendions pas à ce qu’il y ait autant d’oliviers. Ils sont absolument partout. Chaque petit recoin de chaque colline a été pris d’assaut par ce paysage monochrome, ordonné et pointilliste. Le matin, la lumière si puissante du soleil fait contraster le rouge de la terre, le vert des oliviers et le blanc des quelques habitations qui se perdent dans les champs. Un spectacle unique !

Il faut dire qu’apparemment il y aurait quelques 60 millions d'oliviers dans cette région, la mettant en première place mondiale en matière d’oléiculture et faisant de l’olive la première source d’activités de la région.

 

Fleur séchée
Sol aride

Baeza

On a commencé notre périple par la mignonne ville de Baeza, classée au patrimoine mondial de l’Unesco en 2003. Ce petit trésor est tel qu’un mirage au milieu des oliviers. On y trouve de jolis monuments Renaissance qu’on découvre en flânant dans ses rues étroites et pavées.

On ne peut manquer les drapeaux espagnols affichés sur quasiment tous les balcons de la ville. Est-ce en rapport avec l’actuel conflit politique entre la Catalogne et l’Espagne ou est-ce simplement que les espagnols sont très patriotes ? On ne sait pas.
Comptez 1h pour découvrir le centre historique de Baeza
Coupole de Baeza
église de Baeza
Fontaine de Baeza
Deux clés en mosaique sur le sol
Rue étroite et pavée de Baeza
Rue avec deux palmiers à Baeza
Où se garer à Baeza ?
On a trouvé une place dans la Calle La Gloria, à quelques pas du cœur historique

TARIF : 0.55€ pour une heure (cela était suffisant pour nous)

Úbeda

8km plus tard, on poursuit notre journée dans la ville de Úbeda, elle aussi classée au patrimoine mondial de l’Unesco en 2003 et elle aussi perdue au beau milieu des collines d’oliveraies. Cette jolie ville blanche perchée à 757m d’altitude a un charme fou ! Au cœur de la vieille ville, la grande Plaza de Vázquez de Molina est entourée de très beaux monuments Renaissance, de quoi faire un voyage dans le temps et un voyage tout court tellement on pourrait se croire dans un joli village toscan. En s’éloignant de la place, on se perd dans ses rues aux façades blanches jusqu’à arriver sur les remparts de la ville. De là, la vue sur la Sierra Mágina, la Sierra de Cazorla et sur les terrasses d’oliviers est superbe ! On se rend d’autant plus compte à quel point chaque centimètre est occupé à la production d’huile d’olive (c’est fou !).

Comptez 2h pour découvrir le centre historique de Úbeda
Notre village blanc préféré
Rue blanche avec palmier, Ubeda
Rue blanche éblouie par le soleil où dort un petit chien, Ubeda
église de Ubeda
Rues blanches de Ubeda
Promenade dans les rues blanches et jaunes de Ubeda
Plaza de Vázquez de Molina, Ubeda
Vue sur les sierras et les champs d'oliviers
Où se garer à Úbeda ?
Il y a quelques places gratuites sur le parking le long de la Calle Redonda de Miradores, sinon le long de la Calle Muralla de San Millán (c'est là où nous étions).

Sabiote

8km (encore !) plus loin au nord-est de Úbeda, nous voilà à Sabiote. Il forme avec Úbeda et Baeza un triangle de villages blancs andalous. Au contraire de ses voisins, Sabiote n’est pas inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Plus petit mais quand même mignon et typique, on passe un agréable moment à se balader dans son quartier médiéval aux rues étroites et aux façades d’un blanc éclatant. Mais, il faut le dire, il y a effectivement moins à y voir que dans les deux autres.

Comptez 1h pour découvrir le centre historique de Sabiote
Rue ombragée de Sabiote Rue étroite et blanche de Sabiote
Où se garer à Sabiote ?
Il y a un petit parking gratuit à côté du Castillo de Sabiote.

Cazorla

On termine notre journée par le tranquille bourg de Cazorla dans lequel on a repéré un chouette camping pour passer la nuit. Aussi blanc que les précédents, accroché à la colline et dominé par une forteresse, il est facilement reconnaissable. On l’a dans un premier temps simplement traversé pour nous rendre à un belvédère un peu plus loin et un peu plus haut pour profiter d’une vue superbe sur la région et faire un petit tête-à-tête avec la nature. On est alors dans le parc naturel de las Sierras de Cazorla, Segura y Las Villas qui, avec ses 210 000ha, est le plus important parc naturel d’Espagne. C’est d’ailleurs dans ce parc que le Guadalquivir prend sa source, fleuve que nous retrouverons à Cordoue et à Séville.

Une vue superbe au cœur de la nature
nos pieds devant un paysage immense d'oliviers
vue sur la province de Jaen
Clémence au milieu de rochers et de pins
 

Nous sommes ensuite redescendus au village pour visiter le château de la Yedra. Cette forteresse à flanc de colline que nous avions déjà repéré domine le village et surplombe la vallée. La visite n'est pas franchement super mais donne un nouveau point de vue sur ce paysage de montagnes et de plantations d’oliviers.

Village haut perché de Cazorla
vue sur les vallées d'oliviers depuis le chateau de la Yedra à Cazorla
Château de la Yedra
OUVERTURE : du mardi au dimanche
HORAIRES : de 10h à 20h30, de 9h à 15h30 en été, de 10h à 17h le dimanche
TARIF : 2€ par personne
Où camper à Cazorla ?
On a passé la nuit au très agréable camping Cortijo San Isicio. Un peu excentré de la ville, ce camping est calme et bien ombragé. Les propriétaires y ont planté plusieurs arbres fruitiers ce qui donne un côté bucolique. Le petit inconvénient est que, comme il a été conçu en terrasses, il faut laisser la voiture sur le parking d’en bas et monter la tente à l’emplacement donné mais ça se fait.
TARIF : 17,20€ la nuit pour deux avec tente et voiture

Jour 2 : GRENADE, une explosion merveilleuse de cultures

Grenade, étape incontournable pour tout road trip en Andalousie. On voit nos premiers grenadiers, on flâne dans le vieux quartier arabe d’Albaicín et on s’émerveille devant la beauté de l’Alhambra.

Pour en savoir plus sur cette merveilleuse journée à Grenade, cliquez sur l’image.
vue sur le quartier d'Albaicin depuis l'Alhambra de Grenade

Jour 3 : MÁLAGA, un petit bout de la costa del sol

Comme une envie de voir la mer et découvrir un petit bout de la Costa del Sol...

La côte du soleil ne porte pas son nom en vain : ici le thermomètre descend rarement en dessous de 14°C et le soleil donne de sa personne 320 jours par an. Avec ses 600km de plage, ses pittoresques villages, ses allées de palmiers et son ciel quasiment toujours bleu, la Costa del Sol est, depuis les années 60, un véritable lieu de villégiature. Elle fut tellement entraînée par le tourisme de masse que les stations balnéaires ont poussé comme des champignons transformant les petits ports de pêche en coulée de béton. C'est un peu le revers de la médaille et Málaga n'a pas échappé à la règle. La ville d'enfance de Picasso, devenue port de commerce, conserve cependant quelques attraits grâce à ses monuments historiques, ses nombreux musées et son centre-ville qu'on découvre à pied en se baladant dans ses ruelles pavées qui partent de part et d'autres de la cathédrale.

BON PLAN : le dimanche, plusieurs sites sont gratuits.
4 palmiers sur ciel bleu, Malaga pointe d'une église et oiseaux volants sur ciel bleu, Malaga haut d'une gande roue sur ciel bleu, Malaga
porte en bois sculptée, Malaga

 

La cathédrale. C'est d'ailleurs par là que nous avons commencé notre journée. C'est dimanche matin, il y a une messe en cours. Nous rentrons rapidement pour contempler la grandeur des lieux puis, pour ne pas déranger, nous revenons à l'extérieur pour nous attarder devant la le portail. Un petit bijou Renaissance.

Savez-vous qu'elle est surnommée la Petite Manchotte ? Commencée en 1528, elle a vu ses travaux stopper par faute de moyen en 1782 ; pas de deuxième tour donc.
façade de la cathédrale de Malaga
porte de la cathédrale de Malaga derrière de la cathédrale de Malaga et arbre à pigeons
Catedral de Málaga
OUVERTURE : du lundi au samedi, pas de visite le dimanche mais ouverte pour les messes
HORAIRES : de 10h à 18h, 17h le samedi

TARIF : 5€ sauf le dimanche où c'est gratuit

 

Après le déjeuner, nous avons pris la direction de l'Alcazaba.

Bâtie au XIe siècle sur une colline, cette forteresse a en premier lieu été construite pour défendre la cité. Elle fut ensuite utilisée comme résidence par différents souverains.

La balade y est agréable. On se promène volontiers en suivant les canaux d'eau qui serpentent de patio en patio et de jardin en jardin. Depuis les balcons, on a vue sur la ville en contrebas et sur le bord de mer. Beaucoup d'immeubles en perspective...

patio de l'Alcazaba de Malaga
terrasse avec buissons et fontaine de l'Alcazaba de Malaga
patio avec orangers de l'Alcazaba de Malaga
Alcazaba
OUVERTURE :
> le lundi de 9h à 18h
> du mardi au dimanche de 9h à 20h15 d'avril à octobre, de 8h30 à 19h30 le reste de l'année
TARIF : 2.20€ sauf le dimanche après 14h où c'est gratuit

 

Ah la mer ! On s'y dirige justement en passant par le Paseo del Parque. Ce n'est pas un parc mais simplement une grande allée piétonne enserrée de deux grandes avenues où le trafic est assez intense. Malgré le constant bruit des voitures, on y est bien. On suit ainsi cette promenade d'un peu plus de 500m ombragée par les grands arbres tropicaux où nichent quelques perruches.

fleur rouge sur le Paseo del Parque, Malaga

 

On arrive alors sur la Palmeral de las Sorpresas et le muelle Uno (quai n°1). Il y a un côté un peu bling-bling à cette promenade avec toutes ses boutiques, ses restaurants et ses bateaux de luxe (rien à voir avec Monaco cela dit). Avec un frozen yogurt et un granita dans les mains, on suit le bord du quai à regarder les bateaux passer, les poissons nager dans cette eau si claire et turquoise, les mouettes valser ou simplement se dorer la pilule et les grues du port s'animer à l'horizon.

petit monument avec fontaine sur le muelle Uno, Malaga
poissons dans eau claire sur le muelle Uno, Malaga port de Malaga
Où manger à Malaga ?
On a déjeuné à El Pimpi, une grande bodega devenue une véritable institution grâce aux différentes artistes qui s'y sont produits et, par ce fait, très touristique. Pour être honnête, dans l'assiette, rien d'extraordinaire : très gras mais typiquement andalous. Ce fut pour nous l'occasion de déguster un petit verre de m
álaga.
TARIF : 23€ pour 2
ración et 2 boissons

Où se garer à Malaga ?
Comme à Grenade, il n'est pas simple de trouver des parkings gratuits. Nous avons donc opté pour un payant : le parking Marina.
TARIF : 10€ environ pour 7-8h de stationnement

Jour 4 : Antequera & Ronda

Sur la route entre Málaga et Séville, on trouve la petite ville d'Antequera connue pour détenir un important patrimoine architectural et un joli site naturel. Véritable carrefour entre histoire et nature, ce fut pour nous une étape rêvée pour ce quatrième jour. Hélas, quasiment tout le centre historique est en travaux. Le bruit des marteaux-piqueurs et des pelles mécaniques résonnant dans toutes les petites rues nous fait quitter la ville plus rapidement que prévu pour aller nous perdre dans la nature.

El Torcal de Antequera

Après avoir acheté des sandwiches, nous voilà donc parti pour le site naturel d'El Torcal de Antequera, situé à 12km au sud de la ville. Inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco (décidément !), cette réserve naturelle est unique en Europe.

Pour y accéder, on emprunte une route sinueuse et grimpante. On monte haut, même très haut pour arriver finalement à un petit parking au milieu de nulle part à 1200m d'altitude. Ici, au premier abord, quasiment aucune âme mis à part quelques rapaces qui tournoient dans ce ciel si bleu, quelques arbustes secs qui, on dirait, essaient de survivre comme ils peuvent et, bien sûr, quelques visiteurs. La roche, elle, façonnée par le temps, parfois striée, parfois lisse, est partout.

Le sentier de randonnée que nous empruntons nous amène directement au cœur de cet époustouflant plateau karstique. Il a fallu des centaines de millions d'années pour façonner, à travers le vent et la pluie, ce paysage étonnant et surréaliste. La végétation, elle, s'est habillée de ses couleurs d'automne. Un spectacle que nous admirons pour la première fois de l'année. L'air est pur et l'endroit est calme, pas un bruit à l'horizon si ce n'est le petit vent qui fait chanter les feuilles, quel bonheur !

Un paysage à couper le souffle

 

randonnée à el torcal de Antequera
rochers et fleurs séchées à el torcal de Antequera
passage près de falaises de pierre, el torcal de Antequera
paysage de roches et d'arbres aux couleurs d'automne, el torcal de Antequera
entre falaises de roches et paysage aride, el torcal de Antequera
empruntant un chemin à el torcal de Antequera
roche striée devant un paysage aride, el torcal de Antequera
fleur séchée piquante, el torcal de Antequera
Quelques petites infos sur El Torcal de Antequera :
- L'entrée et le parking sont gratuits.
- Un centre d'information est situé à côté du parking pour répondre à toutes vos questions.
- Il existe 3 sentiers de randonnées. 2 d'entre eux sont balisés. Il y a le sentier vert d'1,5km pour environ 45 minutes de marche et le sentier jaune de 3km pour environ 2h de marche. Le 3ème sentier ne peut être emprunté qu'avec un guide.
- Situé à 1200m d'altitude, il ne fait pas bien chaud. Il vaut donc mieux prévoir une petite laine.
- On vous conseille aussi de vous munir d'une paire de baskets ou de chaussures de rando à laquelle vous ne tenez pas particulièrement. Les sentiers quelque peu argileux peuvent salir.

Ronda

On finit cette journée par la romantique ville de Ronda, une des plus anciennes villes d'Espagne. Coupée en deux par son vertigineux ravin, elle ne forme bien qu'une ville grâce à son Puente Nuevo. Emblématique, ce pont à trois arches datant du XVIIIe siècle enjambe El Tajo d'une façon majestueuse.

A la tombée du jour, la ville semble avoir perdu toute sa vivacité tellement les rues sont calmes. La lumière, elle, est magique. Les rayons du soleil perçant alors les nuages font ressortir au loin les grands pins alignés sur le dos des vallées, font éclater le blanc des façades des maisons au bord du vide et font s'unir le pont et la roche d'une couleur orangée.

Puente Nuevo, Ronda
vue sur les maisons au bord du précipice, Ronda
maisons blanches au bord de la falaise, Ronda
coucher de soleil sur le paysage andalous, Ronda
Où camper à Ronda ?
Situé à 1,5km de la ville, le camping El Sur est très agréable. Si seulement on pouvait tomber sur un camping comme ça à chaque fois ! Accueil en français.
OUVERTURE : toute l'année
TARIF : 19,50€ la nuit pour deux avec tente et voiture

Jours 5 & 6 : SÉVILLE, un concentré de merveilles

Séville, capitale de l'Andalousie, est, bien sûr, une ville qu'on ne voulait manquer pour rien au monde lors de ce road trip. Riche par son histoire et son mélange de cultures, on visite ses palais somptueux et on flâne avec plaisir dans ses quartiers populaires.

Pour en savoir plus sur cette chaleureuse ville andalouse, cliquez sur l’image.
place d'Espagne, Séville

Jour 7 : CORDOUE, une harmonie entre les peuples

Nous passons notre dernière journée à Cordoue. Nous ne voulions bien sûr pas manquer d'aller voir la célèbre Mosquée-Cathédrale, véritable symbole de l'Andalousie. Mais Cordoue ne s'arrête bien sûr pas à son bâtiment emblématique, c'est une ville chargée d'histoire qui vit vivre des peuples de différentes religions en parfaite harmonie.

Au Xe siècle, avec 1 million d'habitants, Cordoue est une des plus grandes villes d'Europe. Connue pour être une ville de tolérance, de science et d'art, elle attira du monde de tous les royaumes et de toutes religions. Musulmans, catholiques et juifs y vécurent en paix. Vers le XIIIe siècle, après la reconquête des terres andalouses par les Rois Catholiques, elle redevient une ville de taille moyenne.

Aujourd'hui, inscrite au patrimoine culturel de l'humanité de l'Unesco en 1994, on entend à nouveau parler toutes les langues : des visiteurs du monde entier et de religions différentes viennent se balader dans les vieilles rues étroites et biscornues de cette ville andalouse qui marqua l'histoire.

 

En ce qui nous concerne, nous avons commencé notre visite de la ville par la Mosquée-Cathédrale, indiscutablement un must-see andalous. Considérée comme un des plus grands bâtiments du monde, en plus d'être un édifice religieux hors du commun et un joyau architectural, c'est la seule grande mosquée conservée en Espagne.

On entre par la grande cour des oranges (gratuite) qui servait avant aux ablutions. A l'intérieur, dans un premier temps on reste bouche bée devant cette forêt de colonnes (on en compterait apparemment 854) avant de s'y perdre avec plaisir. On pourrait croire que ces perspectives et ces alignements sont un véritable plateau de jeu pour un photographe mais il fait quand même bien sombre donc pas si simple à vrai dire. Mais la Mezquita-Catedral se visite aussi depuis l'extérieur. Il faut en faire le tour pour admirer chacune des magnifiques portes.

Bon à savoir pour les photographes : à l'intérieur, les trépieds sont interdits. Il nous a été aussi interdit de rester à un même endroit pendant un moment pour permettre aux gens de mieux circuler soi-disant.
porte extérieure de la Mezquita-Catedral, Cordoue sur les escaliers d'une porte extérieure de la Mezquita-Catedral, Cordoue
palmiers et pointe de la Mezquita-Catedral, Cordoue
symétrie avec les arcades de la Mezquita-Catedral, Cordoue
entre les arcades de la Mezquita-Catedral, Cordoue
Catedral-Mezquita
OUVERTURE : tous les jours
HORAIRES :
> du lundi au samedi : de 10h à 19h, 18h de novembre à février
> le dimanche : de 8h30 à 11h30 puis de 15h à 18h, 19h de mars à octobre
TARIF : 10€ par personne, 4€ pour les 10-14 ans, gratuit pour les -10 ans
BON PLAN : gratuit tous les jours de 8h30 à 9h30 sauf le dimanche

 

Après la visite, nous sommes partis déambuler dans les fameuses ruelles biscornues et étroites de Cordoue, et plus précisément dans son quartier de Judería. L'ancien quartier juif, entourant la mosquée, respire l'Orient. Il ne reste qu'une petite synagogue et une petite maison faisant autrefois parties de la grande synagogue comme témoin du passé de ce quartier.

devant une boutique de céramiques, Cordoue
dans les rues pavées de Cordoue

 

À voir marquer "churros" sur plusieurs devantures, nous avions très envie de goûter à ces fameuses pâtisseries espagnoles. Il est vrai que, jusqu'à présent, nous avions plus occupé nos journées à flâner dans les rues aux façades blanches ou à visiter des monuments emblématiques qu'à chercher une churrería. Pour notre dernier jour, on voulait régler ça. Mais difficile de trouver une churrería ouverte l'après-midi.

En effet, c'est une pâtisserie que les espagnols aiment manger le matin au petit-déjeuner, comme nous et nos croissants et nos chocolatines (oui, dans le sud on dit comme ça ! :D).

Après plusieurs échecs, nous voilà devant le Churros Bar Marta qui lui est bien ouvert. Avec nos quelques mots d'espagnols, on fait comprendre au serveur qu'on prendra quelques churros et deux jus d'orange. Cinq minutes plus tard, il nous amène deux verres de jus d'orange frais (on n'avait pas précisé mais ici, pas besoin, ils sont frais et délicieux), une grande assiette de cinq churros, un petit pot de chocolat chaud épais et nous demande 5 euros. Sur le coup, on n'est pas très sûr d'avoir compris. Cinq ? Oui, c'est bien ça, cinq euros (soit environ le prix d'un verre de jus d'orange frais en France). Cool. On prend un churro chacun, on le trempe dans le chocolat, on croque notre petite bouchée de cette pâte cuite sucrée et là... un délice... et un regret : pourquoi n'avons-nous pas fait ça tous les jours ? Pas du tout comme on peut les connaitre dans nos fêtes foraines françaises, ici, ils sont vraiment gros, très aérés et tout aussi délicieux.

Où manger à Cordoue ?
On s'est posé à la Casa Rubia. Ce bar à vins et à tapas (qui fait également restaurant) sert de très bons vins de la région et d'Espagne et des tapas à base de produits frais. Le choix est mince (cinq tapas sur le tableau noir) mais on est sûr de se régaler. Pour nous, c'était le cas.
OUVERTURE / HORAIRES : tous les jours midi et soir
TARIF : 3,50€ la tapa (on en a eu pour 19€ avec 4 tapas et deux boissons)

Où manger des churros ?
Pour faire une pause sucrée dans l'après-midi et goûter aux fameux churros andalous, le Churros Bar Marta est super.
OUVERTURE : tous les jours
HORAIRES : de 8h à 21h du lundi au vendredi, de 8h30 à 21h le samedi et de 9h à 21h le dimanche
TARIF : 5€ pour une assiette de cinq grands churros, un petit pot de chocolat chaud épais et deux verres de jus d'orange frais.

Où camper à Cordoue ?
Nous avons planté la tente au camping El Brillante. Situé à 1,5km de Cordoue, c'est le seul camping de la ville. Pas le choix donc. De façon générale, il est correct.
OUVERTURE : toute l'année
TARIF : 27€ la nuit pour deux avec tente et voiture (octobre)
 

Quand on dit Andalousie, on pense à beaucoup de choses : le gaspacho, les tapas, les olives, les oranges, les mandarines, la céramique, le flamenco, la corrida, la siesta, les villages blancs, le ciel bleu, la chaleur, le mariage de civilisations… On pense également aux trois villes emblématiques de la région qui renferme chacune un vrai trésor : l’Alhambra de Grenade, la Mezquita de Cordoue et le Real Alcázar de Séville. Et bien, on va vous dire, oui l’Andalousie c’est tout ça, on a pu le voir de nos propres yeux (à l’exception de la corrida car, sans vouloir rentrer dans le débat, on n’est absolument contre ce “spectacle”).

Une semaine n'est cependant pas si suffisante si on veut vraiment découvrir toute la région. Dans ce road trip, nous nous sommes concentrés sur quelques must-see andalous et avons manqué de nature. Si nous avons l'occasion d'y retourner (tellement de choses à voir dans ce monde !), nous profiterons sûrement de quelques journées dans des parcs naturels.

Andalucía, hasta luego !
 

Nos conseils pour un road trip en Andalousie

 

Combien coûte un road trip en Andalousie ?
C'est souvent la question qu'on se pose : combien coûte un tel road trip ?
Pour notre voyage, avec les restaurants, les campings, les activités/visites listés dans cet article et tout ce qui touche à la voiture (carburant, parkings et autoroute), nous nous en sommes tirés pour environ 400€ par personne.
Il faut savoir que nous sommes partis avec notre propre voiture de Toulouse, nous n'avons donc pas eu à en louer une sur place. Aussi, nous ne sommes pas partis en haute saison et avons donc pu bénéficier de tarifs moins onéreux notamment dans les campings. Enfin, nous avons pour habitude d'aller au restaurant seulement le midi, les prix y sont moins chers que le soir en général. Le soir, nous mangeons tranquillement une salade ou un petit plat de pâtes à la tente.

Carburant (200€)
Pour environ 3200km parcourus depuis Toulouse, soit réellement 850km en Andalousie, nous en avons eu pour 200€ d'essence.

Parking (30€)
Dans les grandes villes, il est très compliqué de se garer. Nous avons donc opté pour un parking privé à Malaga et à Grenade.

Autoroute (130€)
Venant de Toulouse, nous en avons eu pour 130€ de péage, soit réellement 100€ en Espagne.

Logement (165€)
Pour 8 nuits passées en Espagne, nous avons déboursé environ 165€ dans les campings. Cela fait un peu plus de 10€ par nuit par personne.
> Trouver un logement en Andalousie

Restauration (175€)
Comme vous l'aurez compris, on raffole des bars à tapas, idéal pour goûter à plein de choses. Pour nous, ça faisait complètement partie du voyage que s'attabler chaque midi à une bodega et de s'offrir parfois une petite pause sucrée dans l'après-midi. Nous avons payé environ 125€ au total dans les restaurants sur place, auquel il faut ajouter environ 50€ pour nos repas du soir et nos petit-déjeuner à la tente.

Activités / Visites (120€)
L'Andalousie regorge de jolis sites et édifices dont l'entrée est payante. Certains étaient, pour nous, des passages obligés. Au total, nous en avons eu pour environ 120€.
Petites choses à savoir avant le départ
Le décalage horaire :
Aucun.
Mais le rythme de vie est lui bien décalé de deux voire trois heures : on déjeune vers 14h, on dîne vers 21h, les boutiques sont souvent ouvertes jusqu’à 14h et reprennent à 17h pour fermer vers 21h.

Les visites à réserver dès que possible :
> L’Alhambra : comme on le dit sur notre article de Grenade, si vous comptez vous rendre à l'Alhambra, il est conseillé de réserver en ligne bien en avance.
> El Caminito del Rey : ce n'est qu'en voyageant en Andalousie que nous avons appris l'existence de ce chemin autrefois très dangereux qui longe sur 8km environ des grands murs de roche. Une expérience sensationnelle dit-on. Si c'était à refaire, nous échangerions probablement notre journée à Malaga pour cette balade nature.

Et si je ne parle pas espagnol ?
De manière générale, on peut arriver à se débrouiller en parlant anglais ou français. Il est cependant bien de connaître un petit peu de vocabulaire "de base" pour lancer le dialogue.
Quand partir en Andalousie ?
L'Andalousie est une région d'Europe où l'on peut facilement se rendre toute l'année. Avec son climat méditerranéen tempéré, les étés sont chauds (peut-être trop chauds : le thermomètre pouvant monter à plus de 40°C) et les hivers sont doux. Le printemps et l'automne sont les saisons idéales pour s'y rendre. Il y a moins de monde et les températures sont très agréables.
Attention à la Semaine sainte et aux périodes de féria qui amènent beaucoup de monde.
Comment se déplacer en Andalousie ?
Les réseaux de bus et de train sont apparemment très bien développés (avec des lignes grande vitesse). Sinon, en voiture bien sûr ;)
Conduire en Espagne
Nous avons repéré quelques différences avec les règles de conduite que nous connaissons en France.

> Triangles et gilets jaunes
Si vous passez la frontière espagnole, sachez qu'il faut avoir deux triangles. Certains vous diront aussi qu'il faut autant de gilets jaunes que de personnes présentes dans le véhicule. Nous n'avons pas réussi à vérifier cette dernière information. Ce n'est marqué nulle part mais certains ont déjà eu une amende à cause de ça... Nous avons donc préféré en avoir deux pour ne pas prendre le risque. Le gilet jaune doit être dans l'habitacle et non dans le coffre.

> Il est demandé d'allumer ses feux de croisement même de jour.

> Limitations de vitesse
- 120 km/h sur les voies rapides et autoroutes

- 50 km/h sur les routes conventionnelles
- 100 ou 90 km/h sur les autres routes selon indication 
Quoi ramener d'Andalousie ?
> De l'huile d'olive extra vierge bien sûr ! Pas besoin d'aller dans une épicerie fine ; ici, même dans les supermarchés on valorise l'huile d'olive de la région. On la retrouve alors en bouteille et en bidon de différentes contenances.

> L'Andalousie est une grande productrice de vins et est notamment connue pour son vin de Málaga et son vin de Jerez. Si vous passez par ces villes, en plus de goûter leurs vins dans un bar à tapas, ça sera aussi l'occasion de trouver une petite bouteille à ramener dans la valise et à partager entre amis à votre retour.

> On aimerait tant ramener un jamón ibérico (tant pis pour la ligne c'est trop bon !). Cela peut être tout de même assez délicat car on ne sait pas vraiment ce qui nous attend et il n'y a pas vraiment de gage de qualité. Nous avons préféré le déguster dans les bars à tapas en très fine tranche, j'en ai l'eau à la bouche !

> Difficile de ne pas apercevoir les jolies boutiques d'éventails ou des castagnettes dans les rues des grandes villes andalouses. Ici, le flamenco est roi. L'éventail et les castagnettes sont les objets utilisés pour cette danse. Attention à ce que la fabrication soit artisanale, ça serait dommage d'acheter un "made in china". Certains artisans proposent de les personnaliser en choisissant le tissu ou la dentelle pour l'éventail ou en faisant inscrire un petit mot sur les castagnettes.

> Les céramiques sont partout en Andalousie et cela depuis bien longtemps. Assiette, carafe ou vase se retrouvent alors en vitrine de plusieurs boutiques et peuvent facilement entrer dans une valise (ça dépend la taille du vase bien sûr ^^).
Alors prêt pour partir au soleil ?
À bientôt pour de nouvelles histoires et aventures palpitantes,
Clémence + Vincent
Vous aimerez aussi
10 commentaire(s)

Profil de Amélie
23 décembre 2017 à 13:25
Bien qu'on ai pas du tout fait le même road trip (on avait enlevé Cordoue et Grenade) je me replonge avec nostalgie dans le notre qui remonte à bientôt 3 ans déjà :O Je vous souhaite de belles fêtes de fin d'année ;)
Profil de Clémence +  Vincent | Le temps se fige
28 décembre 2017 à 18:46
L'Andalousie est vraiment une très grande région. Nous avons dû faire des choix aussi... Une semaine n'est hélas pas suffisante. On vous souhaite de très belles fêtes de fin d'année également, merci !
Profil de Corinne - La World Coolture
23 décembre 2017 à 15:01
Ca me donne vraiment envie d'y retourner et Flo a très envie de découvrir ! Vous avez fait Cadix ? J'ai étudié là-bas un été et c'est une petite ville vraiment sympa ! Pour le Caminito del Rey, il est noté dans mes tablettes depuis bien longtemps ! Je l'ai découvert à l'époque où des casse-cous mourraient encore dessus !
Profil de Clémence +  Vincent | Le temps se fige
28 décembre 2017 à 18:36
Un peu de soleil ne fait jamais de mal ^^ C'est vraiment une chouette destination. Nous n'avons pas fait Cadix, nous avons dû faire des choix hélas vu le nombre de jours que nous avions sur place mais oui ça a l'air tout mignon d'après les photos que nous avons pu voir et les récits que nous avons pu lire. Pour le Caminito del Rey, aujourd'hui, c'est apparemment très sûr, rien à craindre ;)
Profil de Aurore
27 décembre 2017 à 21:52
Cette destination me fait de plus en plus de l'oeil, votre article m'a totalement convaincu, ça a l'air top! Pour une petite semaine de vacances à petit budget :)
Profil de Clémence +  Vincent | Le temps se fige
28 décembre 2017 à 18:41
Ravie que ça t'ait donné envie d'aller voir ça tes propres yeux ! Et oui, c'est tout à fait ça : une destination agréable, au soleil et pour petit budget :)
Profil de Les Petits Pas de Juls
7 mars 2018 à 09:58
Superbe balade! Je note dans mes petits calepin aussi!
Profil de Clémence
10 mars 2018 à 13:20
On a pris beaucoup de plaisir durant ce road trip. N'hésites pas si tu as des questions ;)
Profil de Betty
7 avril 2018 à 10:16
Ahhh superbe ! C'est une idée de road trip qui nous trotte dans la tête depuis quelques mois , votre article ne fait que renforcer cette envie :)
Profil de Clémence
7 avril 2018 à 22:42
On vous souhaite de découvrir cette belle région d'Espagne, peut-être la plus belle d'ailleurs ! Vous connaissant un peu, sachez qu'il y a quelques randos sympas aussi à faire dans les sierras aux alentours mais que nous n'avons pas pris le temps de faire. ;)
Salut, nous c'est Clémence et Vincent, un couple de toulousains qui a la bougeotte. On partage ici nos instants aux 4 coins du monde ou à côté de chez vous.
Et si ça devenait les vôtres ?
Clémence + Vincent

Retrouvez-nous @Letempssefige


    © Le temps se fige | Blog voyage
    Tous droits réservés | Mentions légales