Le temps se fige
Between nature and history
Europe   Irlande  

IRLANDE | Road trip de 15 jours sur la Wild Atlantic Way

2 septembre 2018
Road trip en Irlande sur la Wild Atlantic Way

 

Nous revenons d'un road trip en Irlande absolument incroyable ! Après avoir passé le week-end à Dublin, nous nous sommes lancés, pendant une dizaine de jours, sur la sublime Wild Atlantic Way, une des plus belles routes que nous avons eu la chance de faire jusqu’à présent. Cette route mythique sillonne sur la côte atlantique à travers les plus beaux paysages d’Irlande.

ON THE ROAD AGAIN ! (trop excités)
 

Comme une envie de nature, de vastes paysages, de verdure, de grand bol d'air frais… L’Irlande semblait répondre à toutes nos envies du moment. Il est vrai que 2017 aura été riche en voyage et en escapade, plus ville que nature. Pour 2018, nous avions envie d’une vraie échappée au vert et de grands espaces. 

Le road trip était pour nous une évidence ; ceux qui commencent à nous connaître savent que c’est notre façon préférée de découvrir une région ou un pays. Choisir le planning de sa journée, s’arrêter toutes les 5 minutes faire des photos, mettre la musique à fond dans la voiture quand on en a envie, … le bonheur à l’état pur (surtout dans des paysages comme ça) ! Et puis, l’Irlande est clairement un pays à visiter en voiture : conduire à gauche sur ces petites routes qui traversent des paysages juste wow et pour certaines inaccessibles en bus ou caravanes fait partie intégrante du voyage. Question logement, même si nous sommes très camping, nous ne nous voyions pas camper en Irlande, question de météo capricieuse vous voyez (oui on n’est pas des “vrais” et on assume). Et puis, l’Irlande regorge de B&B et de FarmHouses super mignonnes et authentiques, de quoi décompresser dans un joli cadre après une bonne journée de marche.

C’est parti pour un superbe road trip le long des belles et mystérieuses côtes irlandaises !

 

conduire sur la wild atlantic way
Un incontournable en Irlande, conduire sur la mythique Wild Atlantic Way

 

De Dublin au Connemara en passant par le Ring of Kerry et les falaises de Moher, voici notre road trip détaillé de 2 semaines en Irlande !

 

 

 

Notre itinéraire détaillé jour après jour avec bonnes adresses et petits conseils :

 

 

 

 JOURS 1 & 2 | DUBLIN, du vert, du street-art et de la Guinness 

[ plein plein plein de kilomètres à pied, et plein plein plein de kilomètres à vélo ]

Nous ne pouvions partir à la découverte de l’Irlande sans rester un peu dans sa capitale. Nous avons seulement eu un peu plus de 24h à Dublin mais c'était déjà top !

L'article de notre excursion à Dublin arrive très bientôt !
24h à Dublin

 

 JOUR 3 | PARC NATIONAL DE WICKLOW, une échappée au vert à seulement 1h au sud de Dublin 

[ 92km | 1h40 | de Dublin à Glendalough par la R115 ]

Nous récupérons ce jour la petite voiture qui va nous amener partout sur la Wild Atlantic Way, cette route magique qui longe la côte ouest irlandaise. Nous sommes surexcités à l’idée de commencer ce road trip. Depuis le temps que nous planifions ce séjour, nous y voilà enfin !

Toutefois, nous faisons prolonger un peu le suspense car, une fois la voiture récupérée, nous faisons cap au sud de Dublin pour découvrir un des plus beaux endroits aux portes de la capitale irlandaise : le parc national de Wicklow. À moins d'une heure de la ville, il y a moyen de faire de jolies échappées au vert ; le comté de Wicklow fait clairement partie de ces lieux sauvages où les Dublinois viennent se ressourcer et faire le plein de nature. 

La route scénique R115

Nous nous échappons de Dublin par la petite route scénique R115, aussi appelée Old Military Road. De Woodstown Village à Glendalough, nous empruntons cette route touristique des Wicklow Mountains. Elle sillonne dans un paysage de plaines sauvages à perte de vue entourées de collines de bruyère. Avec ce beau soleil, les couleurs y sont contrastées. Le bleu du ciel, l'or des plaines, le rouge des montagnes et le vert des forêts de sapin nous émerveillent. Quel dépaysement ! Et dire que nous sommes à peine à 30 min de Dublin. Ici, la nature est reine et les cyclistes rois.

À noter : Difficile de s'arrêter sur cette R115. Peu voire pas de place en bord de route et beaucoup de cyclistes à doubler aux premiers beaux jours. Nous avons attendu le parking juste avant la cascade de Glenmacnass pour se dégourdir les jambes. D’ailleurs on vous conseille ce spot qui, avec la mignonne rivière, est vraiment sympathique.

 

R115 Wicklow MountainsR115 route scénique

 

Le site monastique de Glendalough

La R115 nous mène au joli hameau de Glendalough. Logé dans la vallée des deux lacs, il abrite les ruines d’un ancien monastère du VIe siècle. En plus de posséder une histoire de plus de 1500 ans, c’est un endroit parfait pour une halte au cœur d’une nature époustouflante à deux pas de Dublin.

 

vallée des deux lacs, parc national de Wicklow

 

Protégés par son écrin de montagnes, certains édifices du site monastique de Glendalough ont survécu au temps et surtout aux guerres. Aujourd’hui en ruine, le lieu dégage encore, malgré tout, une certaine sérénité et spiritualité. Au cœur de ce joyeux désordre de pierres tombales très anciennes, difficile de rater la belle tour ronde d’une trentaine de mètres (on se croirait face à la tour de la princesse Raiponce) et la mignonne église Saint-Kevin, du nom du fondateur du site au Moyen- âge.

Situé tout juste à côté du centre d’information, l’ancien monastère est un peu le point de départ pour toute balade dans la vallée des deux lacs. Randonneur confirmé ou promeneur de quelques instants, une dizaine de circuits balisés sont proposés : des itinéraires variés, de 2 à 11 km et de difficultés différentes. Vous trouverez forcément votre bonheur ! Nous choisissons de garder la visite de l’ancien monastère pour la fin de la journée, après s’être promené dans la belle nature des Monts Wicklow. Ainsi, nous avons opté pour la randonnée la plus panoramique : la Spinc and Glenealo Valley Walk fait le tour du lac Supérieur et longe les pentes du mont Mullacor, de quoi en prendre plein la vue ! Il faut compter entre 3 et 4h de marche pour parcourir ses 9km mais cela dépend bien sûr du nombre de fois où vous sortez l’appareil photo, de votre envie de profiter du paysage et si, comme nous, vous décidez de vous poser pour pique-niquer par exemple. Transportés dans des grands espaces verdoyants, nous avons été plus que ravis de cette balade. En quelques minutes, nous sommes complètement dépaysés, oubliant la ville et la circulation. L’Irlande nous livre des premiers paysages de toute beauté. La nature y est sauvage à souhait et évolue au fil de notre avancée : cascade, forêt de sapins, plaines, falaises et toujours des vues fabuleuses sur le lac aux eaux d’un bleu profond. Au plus haut de la randonnée, nous avons même aperçu quelques biches et cerfs, une chouette rencontre.

 

lac de GlendaloughPaysage du parc national de WicklowBiches et cerfs au Wicklow Mountains
VINCENT : “Oh un cul en forme de cœur”

 

Comme prévu, revenus à notre point de départ en fin d’après-midi, nous nous sommes ensuite posés au site monastique de Glendalough. L’endroit est quasi-désert, nous profitons de ces instants paisibles.

 

site monastique de Glendalough

 

Pour ceux qui auraient plus de temps, on vous conseille de monter au sommet de Luggala Lake (appelé également Lough Tay ou lac Guinness pour sa couleur très sombre), ça a l’air d’être encore un paysage d’Irlande remarquable, particulièrement au crépuscule paraît-il.

 

INFOS PRATIQUES | Parc National de Wicklow
Comment se rendre à Glendalough ?
  • Il est possible d'y venir en bus depuis Dublin avec la compagnie Saint Kevin’s Bus (2 bus/j - comptez 20€ A/R). Les bus s’arrêtent alors généralement au centre d’information visiteur, tout juste à côté du site monastique de Glendalough.
  • Le meilleur moyen reste sûrement la voiture pour pouvoir explorer d'autres parties du parc national de Wicklow et s’émerveiller sur les routes qui le traversent.

Où se garer au site monastique de Glendalough ?
  • Vous pouvez vous garer gratuitement au centre visiteur de Glendalough.
  • Lors des journées à forte fréquentation, un parking privé est également ouvert par son propriétaire juste à côté du centre visiteur. Il faut alors compter 5€.
  • Enfin, il y a également un parking à 5min plus loin pour 4€ par véhicule, votre rando sera alors raccourcie d'une heure environ, pratique si vous avez peu de temps.

Quoi emporter pour randonner dans les monts de Wicklow ?
Pour randonner au site monastique de Glendalough, il vous faudra :
  • des bonnes chaussures de marche : idéalement, imperméables en cas de temps humide.
  • une veste imperméable : le temps irlandais peut vite changer ; on n’est jamais à l’abri d’une petite averse
  • une casquette / un chapeau car il peut aussi faire beau en Irlande (la preuve en image)
  • sandwiches pour pique-niquer et eau

Où manger à Glendalough ?
Nous n’avons pas expérimenté de restaurant à Glendalough mais la petite ville en comporte plusieurs, il n'y a pas de quoi s'inquiéter.

Où dormir aux monts Wicklow ?
Nous avons trouvé un mignon cottage sur Airbnb dans la petite ville d’Avoca. Situé au beau milieu d’une ferme, le cottage, tout de pierre, est tout simplement charmant. Sanchia, la propriétaire des lieux, nous avait préparé un petit feu de cheminée et quelques scones pour le petit-déjeuner du lendemain, adorable. Idéal pour se poser après une bonne journée de marche. | Tarif : environ 60€ (en vous parrainant sur la plateforme, vous pouvez économiser 25€)

Nous avions aussi repéré : >> Trouver votre logement dans le comté de Wicklow
 
 
Plus d’infos sur le parc national de Wicklow Mountains :
www.wicklowmountainsnationalpark.ie

 

 JOUR 4 | POWERSCOURT + En route vers la WILD ATLANTIC WAY 

[ 478km | 6h28 | des Monts Wicklow à Bantry, via Powerscourt et Mizen Head ]

Avant de prendre la route pour l’ouest et entamer véritablement notre périple sur la fameuse Wild Atlantic Way, nous restons un peu dans le parc national de Wicklow en ce début de 4ème jour pour découvrir le Domaine de Powerscourt et sa cascade.

Powerscourt Gardens & Waterfall, un domaine d’exception

Le Domaine de Powerscourt, c’est en fait une propriété de 400 hectares dans le comté de Wicklow comportant de magnifiques jardins, un manoir palladien du XVIIIe siècle abritant lui-même plusieurs boutiques d’artisanat irlandais, deux parcours de golf professionnel, un hôtel de luxe et la cascade la plus haute d’Irlande. Élue parmi les 10 plus belles maisons du monde par le Lonely Planet et n°3 des plus beaux jardins du monde par le National Geographic, il fallait bien qu’on aille jeter un coup d’œil à ce domaine d’exception !

Les 19 hectares de jardins établis en terrasse, en plus d’offrir une agréable promenade aux Dublinois et aux visiteurs du monde entier, livrent une vue exceptionnelle sur le mont Surgarloaf et la campagne environnante. De style italien et japonais, on lui vaut le surnom de “Jardin de l’Irlande”. En s'y rendant assez tôt le matin, nous avons pu profiter de la quiétude des lieux. Beaucoup d'arbustes étaient en fleur, superbe !

Pour la petite info “histoire”, le propriétaire d’origine du domaine s’appelait Monsieur La Poer, nom d’origine française et anglicisé en “Powerscourt”. Ses jardins sont inspirés par des domaines qu’il aurait visités, comme le château de Versailles par exemple. C’est d’ailleurs la réflexion que l’on s’est faite en découvrant les jardins depuis la terrasse principale du manoir.

 

Powerscourt GardensJardins de Powerscourt

 

 

À 5km des jardins, on trouve l’imposante cascade. Rattachée à la propriété de Powerscourt, il s’agit là de la plus haute cascade d’Irlande. Dégringolant sur plus de 120m avant de continuer sa course entre les arbres, il est possible de s’en approcher de très près. Superbe et tellement photogénique !

 

Powerscourt waterfall

 

INFOS PRATIQUES | Domaine de Powerscourt

> Visiter les jardins
L’idéal est de s’y rendre au printemps (mai ou juin) lorsque les arbres et plantes sont en fleur.
Déjeuner possible sur place au Avoca Terrace Café
Y aller :
  • En voiture : à une vingtaine de km de Dublin, comptez une demi-heure de route depuis la capitale
  • En bus : n°44 au départ de O’Connell street à Dublin jusqu’à Enniskerry (marcher ensuite 2km) ou n°185 depuis Bray
Ouverture : tous les jours de 9h30 à 17h30, à la tombée de la nuit en hiver
Tarif : 10€

> Visiter la cascade
Possibilité d’y aller en navette depuis Powerscourt Gardens ou en voiture (parking compris dans le tarif d’entrée).
Le site comprend également une aire de pique-nique, une aire de jeux pour les enfants, un stand de restauration snack et des toilettes publiques.
À noter : essayez de venir en semaine pour profiter pleinement du site, très prisé en week-end
Ouverture : tous les jours de 9h30 à 19h en été, de 10h30 au crépuscule en hiver
Tarif : 6€

Infos : powerscourt.com 

Notre avis : Le prix d’entrée des deux sites est quand bien même un peu cher pour ce que la visite propose. Nous ne regrettons cependant pas d’être allés voir ce domaine.

 

And now, ROAD TRIP sur la WILD ATLANTIC WAY !

Il est tout juste 13h, nous quittons les monts Wicklow et prenons la route en direction plein ouest. À nous l’Irlande et la Wild Atlantic Way ! Cette mythique route côtière irlandaise nous attend et nous promet d’en prendre plein la vue. Plein de carburant fait et musique “on”, nous avalons les kilomètres pendant un peu plus de 6h pour rejoindre la pointe extrême sud ouest de l’Irlande.

C’est parti pour explorer la moitié sud de cette route mythique et (spoiler) ça va envoyer du beau !

S’étendant sur environ 2500 km, la Wild Atlantic Way commence en fait à Kinsale au sud, l’un des plus jolis ports irlandais, et se poursuit jusqu’à Malin Head au nord. Très bien balisée, il suffit de suivre les panneaux où sont dessinées des petites vagues blanches sur fond bleu. Bien sûr, comme pour tout road trip qui se respecte, l’idée est de dériver un peu du balisage classique et découvrir les petites pépites irlandaises ici et là. Et croyez nous sur parole, il y en a (beaucoup) !

Nous avons pas mal de route, pas le temps de s’arrêter à Kinsale qui paraît vraiment très joli. Nous aimerions arriver à temps pour explorer Mizen Head, au plus au sud de l’Irlande, tout au bout de la péninsule du même nom. Un phare, un pont, des falaises abruptes, des criques noyées dans une brume mystérieuse, un bout d’Irlande, un bout du monde comme on les aime, voilà ce qui nous attend à Mizen Head… mais voilà, nous arrivons trop tard, le site est fermé. Ça sera pour une prochaine fois, c'est noté pour sûr. Si vous avez l'occasion, surtout ne ratez pas ce petit morceau d'Irlande qui semble sublime : regardez un peu ça.

Nous avons alors profité des quelques heures restantes avant la tombée de la nuit à vadrouiller au hasard des routes qui se dessinaient au fur et à mesure des kilomètres sur la péninsule de Mizen Head, nous enfonçant de plus en plus dans des beaux paysages irlandais. C'est justement ce genre d'expériences que nous recherchons aussi en road trip, autant que les visites classiques dirai-je, les visites de rien nous affectent tout autant. Comme le sentiment de découvrir des facettes moins connues du pays, des coins cachés qui se dévoilent qu'à ceux qui les cherchent, … Alors que le soleil décline lentement sur la baie, nous profitons de ce moment qui n’appartient qu'à nous. 

Sans le savoir, nous parcourions en fait la Coast Road, une des routes les plus sauvages de la région (elle démarre quelques kilomètres après avoir quitté le cap de Mizen Head sur la gauche, par Dunkelly puis Durrus).

 

campagne irlandaise, Mizen Head
lumière du soir sur la péninsule de Mizen Head
moutons en Irlande
C'est moi ou le nuage ressemble vraiment à un mouton ? À force d'en voir partout... 
coucher de soleil sur Dunmanus Bay
Dunmanus Bay, un calme absolu, un coucher de soleil teinté de rose, nous, un moment de bonheur 

 

INFOS PRATIQUES | Péninsule de Mizen Head & Sheep’s Head
Quoi faire sur les péninsules de Mizen Head et Sheep’s Head ?
  • Mizen Head : un paysage de falaises découpées, un pont et un phare | Ouverture : 10h30 - 17h, 19h en été, 16h en hiver | Tarif : 7.50€ | Durée : 1h - 1h30 de visite
  • Faire le tour de la péninsule de Sheep’s Head par la sinueuse Sheep’s Head Road et la pittoresque Goat’s Path pour de beaux panoramas sur les deux baies
  • Bantry House, maison historique et ses jardins (on peut apparemment même y passer la nuit)
  • Gougane Barra, une chapelle posée sur une petite île d’un lac
  • L’île de Cape Clear : une île vallonnée, de belles falaises, facilement visitable à pied (2 bateaux/j de juin à août depuis Schull | Tarif : 15€| Durée : 45min de traversée)

Où manger sur les péninsules de Mizen Head et Sheep’s Head ?
Bantry regorge de pubs très sympas, très équivalents, avec parait-il souvent de la musique live. L’Irlande, quoi !

Où dormir sur la péninsule de Mizen Head ?
Nous avons dormi à Aran Lodge, à Ballylickey, tout proche de Bantry. Un B&B classique comme il en existe beaucoup dans la région. Si vous le pouvez, demander la chambre avec vue sur la baie. Petit-déjeuner excellent. | Tarif : 75€, pdj compris
>> Comparer et réserver vos nuits vers Bantry

 

 JOUR 5 | HEALY PASS & KILLARNEY National Park 

[ 195km | 4h17 | de Bantry à Ring of Kerry, via Healy Pass ]

C'est aujourd'hui officiellement que nous attaquons, en direction du nord, la belle route côtière irlandaise ! Étape du jour : la péninsule de Beara, sa route centenaire et le parc national de Killarney.

Healy Pass, une route spectaculaire

Healy Pass c'est vraiment le gros coup de cœur du jour si ce n'est de ce road trip en Irlande ! Plus qu'un must-see, un must-drive.

Il pleut fort, la lumière est basse, même diffuse, la vieille route serpente en lacets entre les montagnes rases de Caha, les cascades se créent au fil des minutes et ruissellent le long des parois de pierre noire, les ruisseaux se gorgent d'eau et dévalent les pentes, le paysage, lui, se dessine dans la brume au fil des kilomètres… Tout semble agité et pourtant on trouve un calme comme nulle part ailleurs. Nous sommes seuls face à cet antagonisme de la nature. Wow !

La route dans cette partie de l'Irlande offre le meilleur de la conduite irlandaise : la conduite à gauche, la largeur de la route de la taille de la voiture, les fameuses passing places au bord de route permettant de laisser passer la voiture arrivant en face, les petits ponts aux murets de pierre, les moutons toujours en liberté et un paysage qui nous laisse sans voix... Cette nature fracassante nous pousse à sortir de la voiture quelques instants. Sous la pluie battante, dans le vent, les pieds trempés, le visage ruisselant, on capture l'instant.

Healy Pass c'est conduire sur une route centenaire, c'est traverser des grands espaces remarquables, c'est une expérience de voyage unique.

 

Healy Pass route centenaire
paysages sur Healy Pass
paysage sauvage d'Irlande, Healy Pass

 

Moll’s Gap, Lough Barfinnihy & Killarney National Park

Nous voilà maintenant arrivés à Kenmare, sur la péninsule d’Iveragh aussi appelée le Ring of Kerry, certainement la plus populaire des péninsules irlandaises (on sait maintenant pourquoi !). Mais voilà, avant de nous diriger vers le Skellig Ring et son île Skellig Michael que nous avons tellement hâte de découvrir, nous prenons la route en direction du nord pour  traverser le Gap of Dunloe, randonner dans le parc national de Killarney et au passage aller voir le Molls Gap, une belle vue sur le parc paraît-il. Bon, pas pour nous, on n’est pas emballés. Il faut avouer que la météo n’aide pas vraiment. C’est joli mais ça manque de sauvage : un grand parking, un grand café, de nombreux bus touristiques, … C’est pas grave, le road trip continue hein !

Au lieu de prendre la grande route à droite pour Killarney, nous décidons d’emprunter la toute petite route à gauche qui va nous mener en haut du Gap of Dunloe. Au passage, faites un petit détour pour aller voir le joli lough Barfinnihy.

 

Lough Barfinnihy
Lough Barfinnihy (à vos souhaits), un lac au creux d’une montagne verdoyante. 

 

 

S’il y a bien un truc à faire à Killarney, c’est bien le Gap of Dunloe : une route étroite comme on les aime d’une dizaine de kilomètres encaissée entre deux hautes collines et longeant des lacs noirs. Attention tout de même car c’est un endroit très touristique. En haute saison, les voitures ne sont pas forcément autorisées à rouler ; l’idée est alors de se garer au parking du Kate Kearney’s Cottage, tout en bas de la vallée, et attaquer la route à pied (ou de prendre une calèche). Comme nous l’avons emprunté à l’envers (depuis le haut de la vallée) et que la saison touristique n’était pas à son plus fort, nous avons été comme obligé de traverser cette vallée en voiture, bien sympa ;)

Hélas, on trouve que les photos ne rendent pas bien justice à la grandeur de l’encaissement de cette vallée… Vraiment, c’est à faire !

 

road trip Gap of Dunloeroute encaissée entre deux hautes collines, Gap of Dunloe

 

 

Dans le parc national de Killarney, nous avons aussi voulu découvrir The Heights of Aghadoe, un point de vue offrant un impressionnant panorama sur le lough Lein. Là encore, petite déception. Bien sûr que c’est joli mais ça manque de relief… En, revanche, nous avons été ravis de notre dernière balade du jour au Torc Waterfall, une mignonne cascade de 18m dans les bois (parking gratuit).

 

Torc Waterfall, parc national de Killarney

 

 

On dort dans un cosy studio Airbnb près de Waterville pour être au plus près du Skellig Ring qui nous attend le lendemain. Pour dîner (ou juste boire une petite Guinness), plusieurs pubs sympas à Waterville.

 

INFOS PRATIQUES | Parc national de Killarney, Ring of Kerry
Quoi faire dans le parc national de Killarney ?
  • Gap of Dunloe, une mignonne route encaissée entre deux hautes collines
  • Ross Castle, un beau gros donjon du XVe siècle au bord du lough Leane
  • Muckross House, Muckross Gardens et Muckross Gardens
  • Randonner dans le parc : avec ses 10 000 ha de forêts, lacs et montagnes, question rando ou balade, il y a de quoi faire.
  • Torc Waterfall, belle cascade dans les bois
  • Ladies View, point de vue apprécié de la reine Victoria

Où manger dans le parc national de Killarney ?
Nous avons encore fait sandwich ce jour-là mais vous trouverez forcément de quoi manger dans la ville de Killarney.

Où dormir dans le parc national de Killarney ?
Nous avons voulu dormir à côté de Waterville pour être au plus proche du Skellig Ring et en profiter de bonne heure.
Toutefois, il y a plein d'adresses dans Killarney ou aux alentours.

Où se garer à Killarney ?
Nous nous étions notés qu'il y a un parking gratuit à côté de la cathédrale Sainte-Marie.

 
Plus d’infos sur le parc national de Killarney :
www.killarneynationalpark.ie

 

 JOUR 6 | RING OF KERRY, des paysages puissants et des vues grandioses 

[ 186km | 4h | de Ring of Kerry à Dingle, via Skellig Ring ]

À nous le fameux Ring of Kerry (ou Anneau du Kerry) et sa belle tortueuse Skellig Ring ! Surnommée “le diamant du Kerry”, c’est pour sûr la plus belle partie de la péninsule ! 

Skellig Ring, la belle tortueuse du Kerry

De Waterville, il faut prendre à gauche la petite tortueuse pour rejoindre Cahersiveen par Saint Finian’s Bay. La route est fantastique, les vallées de landes verdoyantes descendent vers la mer, les falaises sont abruptes, la beauté du paysage est interrompue… Chaque virage offre un panorama d’Irlande fabuleux sur un fond déchiqueté par les îles Skellig.

Encore un énorme coup de cœur pour cette route d’exception !

Au petit matin, elle nous paraît encore plus majestueuse : plus tranquille, moins empruntée, comme confidentielle, elle a ce petit côté “bout du monde” qu’on est venus chercher.

 

road trip sur Skellig Ringpaysage du bout du monde, Skellig Ringroad trip Wild Atlantic Way

 

 

On retrouve ce “bout du monde” aux Kerry Cliffs, tout au bout de la péninsule d’Iveragh. Un site plutôt méconnu (nous l’avons découvert par Google Maps et quelques blogs mais pas une ligne dans les guides de voyage) et pourtant l’endroit est époustouflant : des falaises accidentées comme vous n’en trouverez nulle part ailleurs en Irlande. Malgré ce que l’on pourrait croire : rien à voir avec les falaises de Moher ; tout aussi spectaculaires bien sûr mais rien d’équivalent. Le gros coup de cœur pour cette partie de l’Irlande ne fait que se confirmer ! Il vous faudra vous acquitter de 4€ pour accéder aux falaises mais ça vaut mille fois le détour, la vue est juste WOW !

Sur Skellig Ring, la météo est capricieuse. En l’espace de quelques minutes, nous avons eu droit à toutes les saisons. L’Irlande nous offre la puissance de ses éléments, les paysages n’en sont que plus fascinants.

 

Kerry Cliffs
Qui me voit ?
îles Skellig en toile de fondfalaises accidentées Kerry Cliffsfalaises d'Irlande, Kerry Cliffs

 

INFOS PRATIQUES | Kerry Cliffs

Parking, sentier balisé, aménagement sécurisé même pour les enfants, aire de pique-nique.

Où ? Sur la Skellig Ring, juste avant le village de Portmagee (plus précisément ici)
Tarif : 4€ par personne

 

 

La route continue ensuite jusqu’à Portmagee, un petit village de pêcheurs de caractère aux maisons colorées et où il règne une certaine douceur de vivre. Lieu idéal pour s’arrêter casser la croûte. 

C’est ici le point de départ de la plupart des bateaux pour les îles Skellig (Little Skellig et la célèbre Skellig Michael) que l’on aperçoit en toile de fond. À cette période de l’année, il n’était pas encore possible pour nous d’accoster sur Skellig Michael (seulement de mi-mai à fin septembre). Mais c’est vrai que nous aimerions beaucoup avoir un jour la possibilité d’amarrer sur cette île hors norme. Nous ne sommes pas de grands fans de Star Wars (enfin Vincent l’est peut-être un peu) mais c’est là que se cache Luke Skywalker quand même ! Plus sérieusement, ça l’air juste magnifique : des macareux par milliers, des phoques et des dauphins au loin, des marches vertigineuses menant à un complexe monastique du VIe siècle complètement insolite... Bref, ça sera pour une prochaine fois et avec un peu d’espoir les bateaux seront autorisés à y aller (car oui, selon la météo les bateaux peuvent ou pas partir pour les îles Skellig).

Notre conseil : faire Skellig Ring dans le sens des aiguilles d’une montre permet d’éviter de se retrouver coincé derrière un bus touristique qui aura tendance à la faire dans l’autre sens

 

Valentia Island, un panorama à couper le souffle sur la mer

Pour ceux qui veulent un peu randonner, on vous conseille la belle balade à la pointe de Bray Head sur l’île de Valentia qui longe de superbes falaises (oui encore des falaises mais on ne s’en lasse pas !) et offre une vue magnifique sur la mer. Une fois passés la barrière aux moutons, il suffit de les rejoindre jusqu’au bout du chemin caillouteux. Le plus dur est sûrement d’éviter les crottes tout du long. Ils ne sont quand même pas si bêtes, ils choisissent la meilleure vue ! 

Le port de l’île étant le plus occidental d’Europe (si on ne compte pas l’Islande), Valentia Island fut choisie comme point de départ du premier câble télégraphique transatlantique. Le 18 août 1858, le premier message traverse l'océan.

 

Bray Headfalaises Valentia Islandrandonner sur l'île de Valentia

 

Ballycarbery castle, un château ouvert aux vents

Nous prenons maintenant la route pour le nord. Destination la péninsule de Dingle !

Au passage, on s’arrête voir le château de Ballycarbery aux allures mystérieuses. Au bord de l’eau et dans une belle campagne, des ruines romantiques battues par les vents, trouées par le temps et qui révèlent, en un instant, le morceau d’une histoire passée il y a bien longtemps. Un petit détour qu’on a adoré même s’il est impossible de s’approcher des vestiges.

PS : c’est gratuit

 

Ballycarbery castle
Ballycarbery castle, un château d’antan, en mémoire des clans, une preuve d’une histoire tourmentée

 

 

Le soleil commence à descendre, on décide d’entamer la fameuse Slea Head Drive sur quelques kilomètres pour contempler les paysages qu’elle a à nous offrir avec cette belle lumière d’or. Fin de journée magique ! ♥

 

colline verdoyante, Slea Head Drive
Gold hour pique-nique et un paysage sublime, moment de voyage comme on les aime tant.

 

 

Nuit à Dingle et retrouvaille de la cousine irlandaise autour d’une bonne Guinness (forcément !). Il y a énormément de pubs super sympas dans cette jolie bourgade. 

 

INFOS PRATIQUES | Skellig Ring, Ring of Kerry
Quoi faire d’autres sur le Skellig Ring ?
  • La Kerry Way : pour les randonneurs (très) confirmés, il y a, sur le Ring of Kerry, une des plus belles randonnées irlandaises : la Kerry Way, une boucle de 214km (juste ça) / 9j environ. Il est toutefois possible de la suivre sur n’importe quelle étape.
  • L’île Skellig Michael : si vous souhaitez vraiment tenter de partir à la découverte de cette île fascinante, il faut réserver votre bateau des semaines (voire des mois à l’avance selon la saison) tant l’île est prisée et le nombre de places limité (effet Star Wars oblige !). | Tarif : environ 70€
    Plan B : sans accoster mais faire simplement un tour de bateau qui vous approche des îles
  • Leacanabuaile Stone Fort & Cahergal Stone Fort, tout proche de Ballycarbery castle

Où manger sur le Skellig Ring ?
  • Smugglers Cafe, à Portmagee : idéal pour un petit snack bio, une salade, des fruits de mer ou simplement une part de cake ou un scone | www.smugglerscafe.ie
  • The Bridge Bar, à Portmagee : excellent pub parait-il avec le soir, souvent, de la musique traditionnelle irlandaise | bridge-bar-and-restaurant
  • Pour un petit creux : faites un petit arrêt Skelligs Chocolate Factory sur Skellig Ring (il était trop tôt pour nous mais ça donnait envie !)

Où dormir sur le Skellig Ring ?
S'étant avancé sur la Wild Atlantic Way, nous avons passé la nuit à Dingle. Si on avait dû s’arrêter dans les environs de Skellig Ring, on aurait sûrement choisi le bed & breakfast The Moorings (“Les Amares”) à Portmagee, avec si possible chambre côté port pour contempler le passage des chalutiers. | Tarif : à partir de 90€ par nuit, pdj inclus 
>> D’autres hébergements disponibles aux alentours de Portmagee

 

 

 JOUR 7 | Péninsule de DINGLE + Falaises de MOHER 

[ 294km | 5h20 | de Dingle à Doolin, via Slea Head Drive, Connor Pass et Cliffs of Moher ]

Nous explorons ce jour un des plus beaux coins d’Irlande où la route est encore une fois une belle expérience de voyage que ce soit sur la Slea Head Drive ou sur la Connor Pass. La péninsule de Dingle offre des paysages variés et un vrai morceau de beauté sauvage. Incontestablement un de nos coins favoris en Irlande !

En fin de journée, nous monterons toujours plus au nord pour marcher en haut des célébrissimes falaises de Moher, sûrement le spot le plus connu d’Irlande.

Slea Head Drive

Nous reprenons donc la petite route de la veille, la Slea Head Drive qui est en fait une route boucle de Dingle à Dingle et qui fait découvrir à chaque virage un paysage différent. Mais cette fois-ci, on va jusqu’au bout de la péninsule de Dingle, vers Slea Head, Dunmore Head… L’arrêt est obligatoire, comme on vous le disait déjà, on ne se lasse pas des belles falaises irlandaises. Ainsi, nous grimpons pas à pas vers la pointe ouest de la péninsule avec une certaine excitation à l’idée de ce que l’on va pouvoir découvrir. Quelques instants plus tard, nous y voilà. Un endroit désert, époustouflant, magnifique, … L’émotion est telle que les superlatifs de la langue française ne permettent pas de la décrire. Seul le sifflement du vent se fait entendre tant nous sommes bouche bée de la beauté du paysage !

Nous y resterons quelques heures à crapahuter partout pour ne rien manquer, pour capturer l’endroit sous des lumières changeantes au gré du temps toujours aussi capricieux et pour s’imprégner tant que possible de ce que la nature nous offre.

 

Slea Head
 Dunmore Head, une pointe rocheuse et les Îles Blasket, uniquement peuplées de moutons, en toile de fond
randonner sur le Ring of Kerry, Slea Headbout de l'Irlande, Slea Head
paysage sauvage, Ring of Kerry
Spectacle naturel d’une Irlande sauvage

 

 

Le temps file à toute allure. Nous devons reprendre la route car il y a encore plein d’autres haltes à faire comme l’adorable petit port de Dunquin par exemple. Si photogénique !

C’est d’ici d’où part le ferry pour les îles Blasket d’ailleurs.

 

port de Dunquin
Un débarcadère atypique et super photogénique

 

Dingle

Naturellement, nous revenons sur nos pas en revenant dans la bourgade très animée de Dingle. Nous n’avions pas pu découvrir ce port de pêche de jour et comme la faim commence à se faire ressentir, c’est l’occasion de faire d’une pierre deux coups.

 

Dingle, rues colorées
Dingle, des rues colorées, des pubs typiques, une petite ville où il fait bon vivre. Une très bonne halte de voyage !

 

Connor Pass, au sommet de l’Irlande

Partir de Dingle et continuer vers le nord, c’est obligatoirement passer par Connor Pass (col de Connor), le col le plus haut d’Irlande. De là haut, de belles vues sur les baies de Tralee et Brandon ainsi que sur la péninsule de Rough Point et la baie de Dingle.

Attention, car selon la météo, il se peut que vous ne voyez pas à 5m. Bien se renseigner sur les conditions météorologiques avant de l’emprunter.

 

connor pass
Lacs d’altitude cachés dans les hauts sommets, il faut parfois sortir et marcher dans cette lande humide pour les déceler

 

Cliffs of Moher, tout simplement incontournables

Et maintenant, plusieurs heures de route bien plus ennuyeuses pour nous rendre… aux hyper connues Cliffs of Moher !

Situées dans le comté de Clare, ces falaises monumentales de plus de 200m tombent à pic dans la mer sur plus de 8km. La promenade aménagée, qu'avec regret nous n'avons pas eue le temps de faire de bout en bout, offre des points de vue différents tout du long. Marcher au dessus de ces falaises gigantesques c'est devenir fourmi face à cette magnificence de la nature. Mais voilà, au vu de la renommée du site, les fourmis sont nombreuses, ce qui, il faut avouer, enlève un peu de charme au lieu. Ne vous méprenez pas, c'est à ne surtout pas manquer !

Notez qu'il y a des mini croisières qui permettent de se rendre au pied des falaises. Cela doit être complètement fou vu d’en bas ! Et puis, cela permet aussi d’observer de plus près les oiseaux nichant sur ces parois déchiquetées (croisière d’1h / 20€ / compagnies Doolin Ferry, O’Brien Line ou Doolin 2 Aran Ferries). S'il y en a qui ont pu en faire l'expérience, n'hésitez pas à nous en parler en commentaire. 

Notre conseil : ne pas hésiter à venir tôt (quand il n’y a pas encore foule) ou, encore mieux, en fin d’après-midi où le soleil magnifie les falaises. C’est aussi un excellent spot pour le coucher de soleil qui décline au loin sur l’horizon (on confirme !).

 

cliffs of Moherfalaises de mohercoucher de soleil cliffs of moher

 

INFOS PRATIQUES | Cliffs of Moher

Comment se rendre aux Cliffs of Moher ?
  • Plusieurs bus se rendent aux falaises de Moher depuis Doolin, Galway et Ennis : 7 à 8 bus/j en été, 2 le reste de l'année
  • Ceux qui viennent en voiture devront se garer obligatoirement à un parking payant (voir plus bas)
  • Pour les bons marcheurs, il y a un sentier de randonnée sur la côte depuis Hag’s Head ou Doolin (bonnes chaussures conseillées)
  • La dernière possibilité reste le stop. Plutôt facile par ici sachant que la plupart des gens vont forcément voir les impressionnantes falaises.

Où se garer près des gigantesques falaises ?
Il y a deux possibilités : 
  • le grand parking à côté du centre visiteur où vous avez le plus de chance de trouver une place mais qui vous demandera de payer 9€ par personne
  • le petit parking privé très limité en place et qui demande une petite contribution de 2€ par véhicule (préparez la monnaie).
 
Plus d'infos : www.cliffsofmoher.ie

 

 

Nous logeons cette nuit dans un B&B à Doolin, un petit village dispersé dans une belle campagne et surtout connu pour ses pubs et sa musique folk irlandaise. D'ailleurs c'est un peu tout ce qu'il y a à Doolin (mis à part une mini épicerie / ATM / poste).

 

INFOS PRATIQUES | La Péninsule de Dingle 
Quoi faire sur la péninsule de Dingle ?
  • Conduire sur la Slea Head Drive, une route magique
  • Randonner sur le Slea Head
  • Partir en excursions vers les îles Blasket
  • Faire une pause photo au joli port de Dunquin
  • Prendre un verre à Dingle
  • La Dingle Way : encore une randonnée pour des marcheurs avisés : un sentier de 162km qui fait le tour de la presqu’île/ 7j environ
  • Passer le col de Connor
  • Se balader sur la belle plage de Coumeenoole

Où manger / grignoter / boire un verre à Dingle ?
  • On se met à la mode irlandaise en dégustant une petite glace de chez Murphy's (oui car le moindre petit rayon de soleil est souvent une bonne excuse pour manger une glace en Irlande !). | www.murphysicecream.ie
  • Avec la cousine, nous avons partagé une Guinness au Dick Mack's, un pub très sympa et plutôt hors normes puisque le patron est barman le soir et cordonnier le jour, un mélange qu'on retrouve dans la déco. | www.dickmackspub.com
  • Pour manger sur le pouce, on ne peut que vous conseiller le Reel Dingle Fish, un des meilleurs fish & chips du pays parait-il. | Reel Dingle Fish Co (facebook)

Où dormir sur la péninsule de Dingle ?
Nous avons posé bagage au Short Strand Dingle. Une très chouette adresse aux portes de Dingle : un excellent petit-déj, une chambre spacieuse et très jolie. Bref, tout ce dont on avait besoin après cette journée intense. | Tarif : 90€ la nuit, pdj compris
>> Trouver un hôtel disponible à Dingle

 

 JOUR 8 | PLATEAU DE BURREN, du caillou ! 

[ 171km | 3h25 | de Doolin à Roundstone, via le désert de Burren ]

Alors que la plupart des touristes se rendent dans le comté de Clare uniquement pour les Cliffs of Moher, nous choisissons d’accorder un peu plus de temps à ces terres méconnues avant de prendre la route pour le Connemara.

Le Burren, un paysage quasi-lunaire

EDMOND LUDLOW, officier d’Oliver Cromwell (1651) - “C'est un pays où il n'y a pas assez d'eau pour noyer un homme, pas assez d'arbres pour le pendre, pas assez de terre pour l'enterrer.” Cette phrase, qu'on retrouve quasiment partout, est véritablement la meilleure pour décrire cet endroit atypique.

Juste au nord des Cliffs of Moher, nous voici dans la région du Burren, une terre rocailleuse et sauvage unique en Europe. Pendant quelques temps, ces grands pavements karstiques nous ont envoutés tant par leurs singularités que par leurs photogénies. Au bord de l’eau, des blocs calcaires lisses, aux nuances de gris, érodés, fissurés par le temps, fendus en de longues crevasses symétriques. Côté montagne, des couches de calcaires superposées. On pourrait croire que ce paysage a été façonné par l’Homme mais il n’en est rien, ces vastes étendues de pierres se sont formées il y a environ 350 millions d’années.

Notre conseil : Emprunter la route côtière R477 (de Lisdoonvarna à Ballyvaughan par Black Head) est un chouette itinéraire pour découvrir ce plateau désertique de pierre plutôt unique au monde.

 

burren, terre rocheuseplateau du burren en dronerandonner sur le plateau du burrenroad trip burren, irlande

 

 

Kinvara & Dunguaire Castle

Nous continuons ensuite notre périple toujours en direction du nord avec un prochain grand but : le Connemara, oh yes ! Au passage, petit arrêt photo (on aime tellement le road trip pour ça !) au bord des flots pour capturer le Dun Guaire, château fort très bien conservé du XVIe siècle dans le charmant village de Kinvara. Possibilité de visiter quelques pièces (7€).

 

Dun Guaire sur la Wild Atlantic Way

 

Aux portes du parc national du Connemara

Nous traversons rapidement Galway mais on y retourne le lendemain pour vraiment arpenter ses rues et avenues. L’idée est d’être au plus proche du Connemara National Park que l’on compte découvrir le lendemain. Pour nous rendre à Roundstone, village où nous avons prévu de poser nos bagages pour la nuit, nous empruntons la N59. Une route à double voie (ça change !) mais vraiment très belle aussi, surtout après Maam Cross lorsqu’on commence à longer les Maumterk Mountains et les Twelve Bens. De Galway à Clifden, cette nationale nous livre des paysages de plaines rousse parsemées de nombreux lacs sombres.

 

connemara

 

 

Nous sortons de la grande route par la R341. Petit crochet par Ballynahinch Castle, un sublime château du XVIIe siècle transformé depuis 1946 en un magnifique hôtel. Une nuit dans cet endroit de rêve doit être une expérience inoubliable ! Pas forcément dans notre budget de voyage actuel (environ 300€ la nuit) mais bon, qui sait.

 

Ballynahinch Castle, parc national du Connemara

 

 

Nous arrivons un peu avant le coucher de soleil à notre B&B à Roundstone. Le propriétaire est adorable. Nous voyant quelque peu raplapla de notre journée, il nous propose instantanément une tasse de thé et quelques scones tout juste sortis du four. On ne dit bien sûr jamais non à du thé et des scones (même à 7h du soir ;)

 

Roundstone, .halte de voyage dans le connemara
Roundstone, petit port typique et maisons colorées. Une excellente étape dans le Connemara.

 

INFOS PRATIQUES | Le comté de Clare
Quoi faire dans le comté de Clare ?
  • Cliffs of Moher, les falaises mondialement connues
  • Se perdre sur le plateau du Burrean
    • Pour les passionnés d’histoire, sachez que le Burren fut très peuplé aux temps préhistoriques. Vous trouverez, dans ce paysage rocailleux, de nombreux témoins comme dolmens et mégalithes, le plus célèbre étant sûrement le dolmen de Poulnabrone.
    • Enfin, pour les randonneurs, il y a de quoi marcher dans le Burren ! Il y a les green roads, ces sentiers menant nulle part tracés par les paysans irlandais durant la période de la Grande Famine pour gagner quelques sous, les Burren Walking Trails, cinq boucles allant de 40min à 3h et, enfin, la Burren Way, une rando de 43km pour découvrir le Burren dans tout ses états.

Où manger dans le comté de Clare ?
La petite ville de Kinvara est une très bonne halte pour casser la croûte.

Où dormir dans le comté de Clare ?
Nous avons passé une nuit au Harbour View B&B à Doolin, tout proche des Cliffs of Moher, nous y avons été très bien.| Tarif : 90€, pdj inclus
>> Trouver un hôtel disponible dans la région du Burren

 

 JOUR 9 | CONNEMARA, terre brûlée… 

[ 230km | 4h30 | de Roundstone à Spiddal, via le Connemara ]

Terre… brûlée… au vent… (Qui est en train de la chantonner ?! ;)

Vous l’aurez compris, nous allons aujourd’hui à la découverte du Connemara ! Terre de légendes, regroupant en un seul endroit nombreux paysages irlandais, ce coin d’Irlande nous fascinait déjà. En l’espace de quelques kilomètres, nous passons de collines pelées et monotones à des étendues de landes rousses parsemées de lacs, puis aux vastes vallées des Twelve Bens.

L’Abbaye de Kylemore, un incontournable du Connemara

On quitte ce matin notre nid douillet pour aller explorer la région et faire un petit tour sur la Sky Road (Upper et Lower), la route à l’ouest de Clifden qui nous promet un panorama à couper le souffle. Ce ne fut pas vraiment le cas, certes c’est joli mais bon, on a vu mieux (on est devenu difficiles hein). Cela ne nous empêche pas de continuer notre chemin vers l’abbaye de Kylemore dans le Connemara National Park, un site très couru par les visiteurs. Et c’est vrai que c’est beau ! Cerné par les montagnes et la forêt environnante, cet ancien château reconverti en une superbe abbaye se reflète merveilleusement dans le lac sombre au bord duquel il se trouve. Quelques pièces peuvent se visiter, mais ce que nous avons préféré c’est se balader autour de l’abbaye, longer le lac et se promener au Victorian Walled Garden, un grand jardin fait d’un potager, d’un verger, de multiples fleurs, d’un jardin botanique, de serres, il y a même des cochons.

Pour la petite histoire, le château fut construit au XIXe siècle par un riche drapier anglais pour sa femme irlandaise. Il fut racheté au début du XXe siècle par des sœurs bénédictines. Aujourd’hui, elles continuent à faire prospérer le lieu à travers la confection de produits artisanaux et le tourisme.

 

Abbaye de Kylemore, connemarajardins de l'abbaye Kylemore

 

INFOS PRATIQUES | Kylemore abbey

Possible de suivre une visite guidée (en français aussi).
Le Victorian Walled Garden est à 1,2km de l’abbaye. Possibilité d’y aller à pied ou navette gratuite toutes les 10min

Ouverture : toute l’année, 9h30-17h30 (plus tard en été)
Tarif : 13€
Plus d’infos : www.kylemoreabbey.com 

 

Connemara Loop, LA route qui passe devant tous les sites

C’est à Letterfrack, au cœur de Parc National du Connemara, que nous choisissons de commencer la Connemara Loop, une route touristique de 85km pour plonger au cœur d’une nature majestueuse et changeante. Nous descendons ainsi sur la péninsule de Renvyle avant de remonter vers Leenane et d’emprunter ensuite la R336 qui longe les Maumturk Mountains. Ici, le temps semble comme suspendu, le lieu est désert, les montagnes silencieuses, le paysage sauvage et préservé. La meilleure partie de cette boucle scénique est surement le Inagh Valley. Fait de montagnes et de lacs sombres, le paysage se dessine tel un tableau sur cette R344.

Terres rocailleuses et dépouillées, tourbières, plaines de bruyère et forêts profondes, voilà les différents visages de cette région d’Irlande mythique que nous avons adorée.

Connemara Loop, une route touristique qui décrit une boucle à travers le légendaire et sauvage Connemara.

 

conduire dans le connemaraconnemara loop

 

 

Galway, une ville bohème et festive

Nous revenons aux portes du Connemara pour découvrir la très animée ville de Galway. À notre grande surprise, la ville est blindée de monde, plus animée que ce que l’on imaginait ! Après une petite analyse rapide de la situation, nous comprenons que se tient en ce moment le Ed Fest en l’honneur du célèbre chanteur Ed Sheeran qui vient donner deux grands concerts dans cette petite ville de 80 000 habitants (on vous dit pas le bordel !). Aaaaaaah, me voilà aux anges (ceux qui nous suivent un peu savent que j’adore ce chanteur !). Je me rappelle alors soudain que j’avais effectivement vu, lors de nos préparatifs de ce road trip, qu’il venait dans le coin lorsque nous y étions, j’avais même voulu acheter des places mais tout était complet bien sûr. Dans tous les cas, ça danse, ça chante dans les rues, il fait beau, … On n’aime généralement pas trop la foule mais dans ce genre d’ambiance, c’est quand même sympa.

Et puis, on se pose au port devant les mignonnes maisons colorées, on regarde les cygnes blancs passés et repassés et on (re-re-re)écoute Galway Girl.

rues de Galway
♬♬♬
You know, she played the fiddle in an Irish band
But she fell in love with an English man
Kissed her on the neck and then I took her by the hand
Said, "baby, I just want to dance"
With my pretty little Galway girl
You're my pretty little Galway girl
port de Galway
#posey dans le port de Galway

 

 

En soirée, alors que le concert bat son plein et que les rues se sont vidées, nous faisons une mini tournées des bars pubs. Notre préféré ? Le O’Connor’s Famous Pub, une déco folle, un son en live, de la Guinness dans tous les verres, des irlandais enchaînant pinte sur pinte, une ambiance top, … On y serait restés encore quelques heures mais le réveil du lendemain est positionné assez tôt le matin.

 

pub galway

 

 

On dormira cette nuit dans un B&B, à Spidal, entre Galway et Rossaveel où nous attend le lendemain le ferry pours les îles d’Aran (à ne pas confondre avec les îles d’Arran en Ecosse ;).

 

INFOS PRATIQUES | Connemara
Quoi faire dans le Connemera ?
  • Randonner : Il existe trois sentiers balisés à partir du visitor center de 0.5km à 6.7km avec chacun son paysage : le bog road (tourbière), le sruffaunboy (faune et flore) et le ellis wood (bois). Le plus long (3h) mène tout en haut de Diamond Hill.
  • Randonner sur le mount Gable : à 416m de haut, vue superbe sur les lacs Mask, Corrib et Coolin (1h30 pour monter depuis le parking du John J. Burke and Sons Pub)
  • Conduire sur la Sky Road (Upper et Lower) et la Connemera Loop
  • Visiter l’abbaye de Kylemore
  • Flâner dans Galway

Où manger dans le Connemara ?
Nous n'avons pas eu l'occasion de tester un seul endroit. Nous avions prévu les sandwiches mais on sait qu'il y a apparemment de très bons crab sandwichs à Letterfrack, petit village juste à côté de l’entrée du Parc.

Où dormir dans le Connemara ?
Nous n’avons pas aimé notre B&B à Spidal donc on ne vous le conseillera pas. Si on avait su, on serait resté dormir à Galway pour rester un peu plus le soir et profiter de l'ambiance.
Sinon, il y a ceux-là :
  • Island View B&B, à Roundstone : au cœur d’un charmant village de pêcheurs, un cosy gîte et un propriétaire des plus aimables
  • Lough Inagh Lodge, à Recess, en plein centre du Connemara : ambiance manoir, vue sur le lac, belles chambres, excellentes tables (on l'avait repéré)
  • Ballynahinch Castle Hostel pour une nuit inoubliable
>> Trouver un hébergement disponible dans le parc du Connemera

 
D’autres infos sur le parc national du Connemara : 
www.connemaranationalpark.ie 

 

 JOUR 10 | Les ÎLES D’ARAN, joyaux d’une Irlande authentique 

[ 18km en voiture, 18km en ferry, des km en vélo (on n’a pas compté) | 1h10 | de Spiddal à Kilronan ]

Étape du jour : Inishmore, la plus grande des îles d’Aran !

Symboles de l’ouest sauvage de l’Irlande et du Wild Atlantic Way, les îles d’Aran sont 3 îles situées au sud ouest de la baie de Galway : Inis Mor, Inis Meáin et Inis Oírr. D’une beauté incomparable avec leurs vestiges préhistoriques et leurs rochers balayés par des vents violents et assommés par les vagues, ces terres de traditions font partie des paysages d’Irlande à ne manquer sous aucun prétexte ! 

C’est sûrement ici que vous entendrez parler le plus le gaélique. Pendant des siècles, les habitants des îles changèrent que très peu leurs façons de vivre. Habitant dans de minuscules masures, parlant exclusivement en gaélique, ignorant tout de l’anglais, s’habillant essentiellement à partir de la laine produite par leurs moutons, se nourrissant de la pêche et de la terre, ils vécurent en quasi-autarcie. Aujourd’hui, cela a bien sûr énormément évolué mais il reste encore quelques traces de ces mœurs du passé, comme la confection de pulls à torsades devenus un accessoire de mode indispensable grâce à des créateurs de renom qui l’ont affiché sur les plus grands podiums du monde.

 

Nous embarquons donc ce matin à bord d'un petit ferry à destination de Inishmore (Inis Mór en gaélique, littéralement “grande île”). Après avoir traversé cette mer d’un gris-bleu profond, nous voilà comme coupés du monde. L'île, malgré qu’étant la plus grande, demeure néanmoins toute petite avec ses 13 km de long et ses 3 km de large. Le soleil n'est pas très présent mais les trajets restants du jour se feront quand même à vélo.

 

ferry pour les îles d'Aran

 

 

Il y a plein de choses à voir sur Inishmore : falaises abruptes (encore et toujours), forts, ruines, plages, phoques, ... Nous n'avons qu'une journée au total sur l'île, nous ne pourrons donc pas tout faire et devrons se contenter de deux-trois sites. Une sélection dont nous sommes plutôt contents (vous nous en direz des nouvelles).

Louer des vélos est le meilleur moyen d’explorer Inis Mór. Prendre le temps, être libre comme l'air, partir à la découverte des recoins cachés, voilà exactement ce qu'il nous fallait.

 

faire du vélo sur Inishmore

 

 

Dun Aengus, un fort préhistorique sur des à-pics vertigineux

En selle, nous pédalons vers l’ouest en direction de l’un des forts préhistoriques les plus importants des îles d’Aran et des mieux conservés d’Europe, le Dun Aengus. Ce fort très ancien aurait été bâti vers la fin de l'Âge du Bronze, autour de 1100 avant J.C. Perché sur les abords d’impressionnantes falaises, ouverts aux quatre vents, au milieu d’une nature rocheuse plongeant à pic dans la mer, c’est un site éblouissant !

Attention ! Le chemin menant au fort débouche sur des falaises de 87m de haut sans aucune barrière de protection. Le vent peut souffler très fort par ici donc prudence !

 

Dun Aengus, Inis Morfalaises abruptes, Dun Aengusfalaises sur Inishmroe, Aran

 

INFOS PRATIQUES | Dun Aengus

Ouverture : tous les jours d’avril à octobre, 9h30 - 18h | du mercredi au dimanche de novembre à mars, 9h30 - 16h
Tarif : 4€ par adulte

 

Se perdre sur les petits chemins des îles d’Aran entre les murets de pierre

Entre deux sites, nous longeons les boreens (petits chemins de terre) bordées de murets de pierre qui s’entrecroisent à l’infini. C’est sûrement une des choses les plus marquantes des îles d’Aran : cet enchevêtrement de murs est un spectacle à lui tout seul ! Vous ne trouverez nul endroit au monde pareil ! Certes, il existe des murets en bien d’autres lieux, y compris en France, mais nulle part ailleurs on ne trouve d’endroit ayant construit tant de murs.

Des murets, encore des murets, toujours des murets ! Pendant des siècles, les habitants d’Aran ont utilisé les failles de la roche pour creuser des sillons qu’ils remplissaient d’un mélange fertile fait de sable, d’algues et de fumier et dans lequel pousseraient pommes de terre et herbe grasse. Plutôt que d’abandonner les pierres extraites, ils les ont utilisées pour édifier des murets servant ainsi à protéger la terre et l'herbe des vents terribles de l’hiver. Ce grand plateau karstique, décroché du Burren, s'est alors vêtu d'un manteau verdoyant.

Sur Inishmore, il n’y aurait pas moins de 1600 km de murets d’une hauteur moyenne d’un mètre. Beau travail !

 

murets des îles d'Aranse perdre sur Inishmore

 

Wormhole, une piscine 100% naturelle

VINCENT - “qui déchire sa race”

Wormhole (littéralement “trou de ver”), de son gaélique Poll na bPeist, est un site très étrange ! Cette piscine naturelle, creusée dans la roche, est parfaitement rectangulaire au point qu’on la croirait taillée par l’Homme. Il n’en est rien, ce lieu atypique est bien le fruit de Dame Nature en personne. En effet, ça serait un morceau étonnement symétrique qui se serait effondré laissant ainsi l’eau s’immiscer. Le cadre est si beau que des compétitions de plongeon y sont organisées (les amateurs de sensations fortes et de boisson énergisante auront d’ailleurs peut-être reconnu le site). Nous aurions bien aimé y plonger aussi mais cela est hautement déconseillé car dangereux, les courants à l’intérieur de la piscine pouvant être violents.

Pour y accéder, il faut poser les vélos et faire une petite rando le long de la côte sauvage pendant une bonne trentaine de minutes. L’itinéraire n’est pas des mieux balisés, il vous faudra déceler les quelques flèches rouges peintes à même la pierre sombre et parfois quelques peu effacées avec le temps… Si vous vous sentez perdus (on parle en connaissance de cause), essayez de repérer d’où viennent les personnes venant vers vous. Ce sentier de marche a tout de même le mérite d’offrir de jolis points de vue sur l’océan.

Attention, la piscine naturelle n’est visible qu’à marée basse.

 

randonner vers WormholeWormhole, Inishmorerando le long de la côtePoll na bPeist, piscine naturelle

 

Nous y aurions bien passé encore bien plus de temps s’il n’avait pas fallu ramener les vélos mais voilà le temps défile tellement vite.

On passera la nuit à Kilronan dans un superbe B&B à quelques minutes à pied du débarcadère.

Notre conseil : De Kilronan, empruntez plutôt la route côtière pour atteindre l'ouest de l'île, bien plus facile que la route centrale qui grimpe un peu. Et puis, vous aurez alors peut-être la chance d'observer la colonie de phoques. 

 

INFOS PRATIQUES | Aran Island, Inishmore
Comment se rendre sur les îles d’Aran ?
  • Pour se rendre sur les îles d’Aran, vous pouvez prendre un petit avion (9 places généralement). Le vol ne dure que 7 minutes mais la vue depuis là-haut doit être canon !
    Compagnie Aer Arann | 5 vols/j pour Inishmore, 3 pour les deux autres îles | 50€ A/R environ
  • Plus simple mais pas forcément tellement moins cher, le ferry.
    Il est possible d’embarquer soit depuis Doolin (près des Cliffs of Moher) soit depuis Rossaveal. Nous avons embarqués depuis Rossaveal sur un ferry de la compagnie Aran Island Ferries qui dessert les 3 îles. On ne peut embarquer la voiture, il faut donc la laisser au parking (payant, 5€ pour 24h). Si vous n’avez pas de voiture, un bus assure la liaison depuis Galway. Il faut arriver 30 minutes avant l’heure de départ du ferry.
    Ouverture : tous les jours 8h30 - 17h30 | Tarif : 25€ A/R | Trajet 45 min environ | 2 à 3 départs/j selon la saison pour Inishmore, 2 départs/j pour Inishmaan et Inisheer

Sur quelle(s) île(s) d’Aran se rendre ?
Si vous ne devez n’en faire qu'une choisissez Inishmore qui offre beaucoup de balades, de centres d'intérêt et d’hébergements. Les deux autres, moins touristiques, ont tout de même l’air superbe. Pour profiter à fond d’Inishmore, il faudrait rester au moins deux nuits sur l’île car il y a beaucoup de choses à faire.

Comment se déplacer sur Inishmore ?
  • Louer des vélos est certainement le meilleur moyen d’explorer l’île, surtout par météo clémente. Il y a plusieurs loueurs à Kilronan sur le port, très facile à trouver.
    Tarif : 10€/j (15€/24h) + 10€ de caution par vélo
  • Certains préféreront peut-être un tour en mini-bus (15€ par personne pour 3h) ou bien un tour en calèche. Ils vous déposeront et vous attendront au pied des sites principaux de l’île.

Quoi faire d’autres sur Inishmore ?
Comme on le disait, Inis Mór renferme plein de paysages sauvages et de vestiges historiques. Hélas, nous n’avons pas pu tout faire mais si vous avez le temps, vous pouvez aussi découvrir : 
  • Na Seacht d’Teampaill : site de sept églises en ruine, vestige d’une cité monastique, et son cimetière de pierres gravées et croix sculptées
  • Dun Duchathair (“fort noir”) : au sud de l’île, un autre fort au bout d’une mini-péninsule ouvert sur des falaises. Beaucoup moins visité, il a l’air tout aussi superbe ! (gratuit)
  • Observer la colonie de phoques de l’île : ils sont généralement dans la baie de Kilmurvey. Hélas, nous n’avons pas su les trouver.
  • Faire un peu de shopping au Aran Sweater Market à Kilronan, nous regrettons de n’avoir pas pris le temps de trouver un beau pull d’Aran

Où manger sur Inishmore ?
Le midi, nous avons mangé directement au petit snack à côté de Dun Aengus.
Nous avons dîné au Joe Watty’s Bar and Restaurant, à deux pas du B&B. Une excellente adresse pour déguster un bon poisson frais ou un plat de fruits de mer accompagné d’une petite Guinness bien sûr. En plus, il y a de la musique live. Nous sommes en Irlande quoi !

Où dormir sur Inishmore ?
Dormir sur l’île pour profiter pleinement de sa journée sur l’île est une chose qu’on vous conseille vivement. Nous avons passé une superbe nuit au Claí Bán B&B (Tarif : 80€ la nuit, pdj compris).
Dormir dans un pod tout confort face à la plage nous aurait bien plu aussi mais c’était complet, peut-être serez-vous plus chanceux.
>> Trouver votre hébergement sur Inishmore

Quoi ramener des îles d’Aran ?
On trouve encore plusieurs choses Made in Aran Island comme les pampooties, ces chaussures en peau de mouton, des ceintures tressées, des pulls en laine ou des paniers de pêcheurs. Bien plus authentiques qu’un porte-clés Made in China.

Quoi prendre avec soi sur l’île d’Inishmore ?
Pour ceux qui y passeraient la nuit, on vous conseille de prendre avec vous votre sac personnel qui vous suivra partout sur l’île et un autre sac ou petite valise dans lequel vous mettrez vos affaires de toilette, pour la nuit et le lendemain et que vous pourrez déposer à votre hébergement à votre arrivée sur l'île.
En plus, pensez à prendre :
  • de l'argent liquide. Il y a bien un distributeur sur l’île mais il est dans le supermarché Spar (tout au fond), pour peu que vous n’ayez pas de chance et qu’il soit fermé, il vaut mieux avoir de l’argent sur soi.
  • de la crème solaire : ça ne parait pas mais il est vite possible de prendre un coup de soleil (encore une fois, ça parle en connaissance de cause ;) notamment à cause de la réflexion du soleil sur l’eau (même si le soleil n’est pas des plus brillants)
  • un k-way : comme partout en Irlande, on n’est pas à l’abri d’une petite averse
  • des bonnes chaussures de marche : même si vous allez faire essentiellement du vélo (ou du bus), les sentiers pour vous mener au fort ou à la piscine naturelle sont faits de graviers et puis ça peut être humide et même glissant
  • un pantalon agréable pour faire du vélo : on n’y pense jamais assez mais faire du vélo dans un jean serré ce n’est pas super agréable quand même
 

Plus d’infos sur les îles d’Aran :
www.aranislands.ie 

 

 JOURS 11 & 12 | LA VALLÉE DE LA BOYNE, glamping et voyage dans le temps 

[ 242km de voiture & 18km de ferry| 3h55 | de Kilronan à Slane ]

En ce onzième jour, nous virons de bord car prenons la direction de la vallée de la Boyne, aussi appelée les terres ancestrales de l’est, située dans le comté de Meath, au nord de Dublin. Au programme, halte dans la petite ville de Slane pour se (re)poser à Rock Farm, un endroit des plus bucoliques, et remonter le temps en découvrant les sites historiques et culturels exceptionnels de Brú na Bóinne.

 

retour en ferrybateau pour Galway

 

Rock Farm, une nuit insolite dans une yourte

Rock Farm Slane, en plus d’être une chouette adresse de glamping, c’était pour nous l’endroit idéal pour ralentir le rythme et se reposer de ce voyage plutôt intense avant de revenir en France.

Pour découvrir ce lieu champêtre de glamping, clique sur l’image ci-dessous :
Rock Farme Slane une nuit dans une yourte

 

Brú na Bóinne, découvrir une culture ancestrale

Découvrir la vallée de la Boyne, c'est faire un saut de 5000 ans dans le passé ! Ces terres ancestrales d’Irlande abritent des sites des plus impressionnants et des plus riches en Europe en matière de préhistoire.

Dans une vallée aux collines verdoyantes, Newgrange, Knowth et Dowth (formant Brú na Bóinne), classés au patrimoine mondial de l'Unesco, sont des vestiges archéologiques des plus imposants de toute l'Irlande. Découverts à la fin du XVIIe siècle par hasard (comme toujours), il s'agit en fait de trois tumulus construits en 3200 avant JC et intégrant des chambres funéraires accessibles par un long couloir (appelées aussi tombe à couloir). Quand on nous parle de site préhistorique, on pense généralement aux grottes dont les parois ont été recouvertes de peintures, comme la grotte de Lascau par exemple. Nous ne nous attendions pas à nous retrouver au dessous de plus de 200 000 tonnes de pierres taillées et placées de manière à former une coupole et, qui plus est, n’ont pas bougé depuis des milliers d’années. Nous n'avions jamais vu cela, une visite fascinante pour en apprendre plus sur la période du Néolithique. 

Newgrange est sûrement le site le plus impressionnant de part son positionnement calculé par rapport au soleil. En effet, il paraît que, tous les ans, au moment du solstice d’hiver (le 21 décembre), le soleil pénètre jusqu’au cœur de l’édifice illuminant la chambre pendant environ 17 minutes. Une précision astronomique établie il y a des milliers d’années, incroyable !

 

bru na boinnevestiges archéologiques de Bru Na Boinnetumulus Newgrange

 

INFOS PRATIQUES | Brú na Bóinne

Ouveture : tous les jours (sauf 24-27 décembre pour Newgrange) de 9h à 17h (jusqu’à 19h) en haute saison (vérifiez sur le site)
Tarif : 7€ pour Newgrange, 6€ pour Knowth
Durée : Comptez 1h30 environ de visite pour un site, 3h pour les deux.
Infos & Réservations :  www.brunaboinne.eu

Quelques conseils : 
  • Visiter les deux sites de Brú na Bóinne : Newgrange et Knowth se ressemblent sur quelques points mais ont chacun leur particularité. Alors que l’un est intéressant pour pouvoir aller jusqu’au tombeau situé au centre de la grande butte, l’autre est comme est un petit village de collines verdoyantes ornées de pierres gravées de figures rupestres (volutes et spirales mystérieuses à gogo !). Sur le site de Knowth, il est aussi possible de monter au-dessus de la butte pour profiter d’un panorama à 360° sur la vallée de la Boyne.
  • Les sites sont particulièrement touristiques. Pensez à réserver vos places à l’avance.
  • Sur le site de Newgrange, attention, les personnes souffrant de claustrophobie pourraient s’y sentir mal à l’aise

Comment se rendre à Brú na Bóinne ?
Il y a un grand parking visiteur situé à une centaine de mètres du centre d’accueil. Les sites de Knowth et Newgrange ne sont pas accessibles directement, il faut en fait passer obligatoirement par la station de bus, à une centaine de mètres du centre visiteur, qui vous amènent sur les différentes sites.
Situé à quelques kilomètres de Slane, nous y sommes allés en vélos électriques depuis Rock Farm (environ 30-40 min de route).

 

Slane Castle, un lieu de concert de rock incroyable

Nous revenons ensuite sur Slane, ce paisible village où se trouve Rock Farm, à la découverte d’un des meilleurs lieux de concert de rock au monde : le château de Slane. Ses pelouses en pente forment un amphithéâtre naturel qui a accueilli les plus grands comme les Rolling Stones, U2, les Red Hot Chili Peppers ou Queen. On comprend mieux le nom donné à notre ferme glamping maintenant ;)

Surplombant la Boyne, le Slane Castle est un superbe château irlandais édifié au XVIIIe siècle pour les marquis de Conyngham sur un vaste promontoire de 1500 hectares. De nos jours, il appartient toujours à cette même famille dont les descendants l’habitent encore. Il est possible de visiter certaines pièces mais nous n’avons pas eu cette chance. Le domaine comprend également une très belle distillerie de whisky, tout juste à côté du château. Nous arrivons trop tard pour la visiter car fermant dans quelques minutes mais nous avons cependant traversé le Gandon Room Restaurant et le Browne’s Bar, des salles dont la décoration sont à la hauteur du lieu. Manger à la table du restaurant du Slane Castle paraît être une excellente expérience culinaire. Si c’était à refaire, nous y réserverions probablement une table.

 

Slane Castledistillerie whisky Slane

 

INFOS PRATIQUES | Slane Castle

Visite guidée seulement.

Où : au bord de la rivière de la Boyne, à 1 km en amont du centre du village
Ouverture : tous les jours de mai à novembre de 11h à 18h (or les jours d'événement - vérifier le calendrier de disponibilité sur le site)
Tarif : 12€
Infos : www.slanecastle.ie 

 

INFOS PRATIQUES | La vallée de la Boyne
Quoi faire dans la vallée de la Boyne ?
Les activités ne manquent pas par ici : 
  • Brú na Bóinne : un site archéologique incroyable à ne pas manquer
  • Hill of Tara : haut lieu de la mythologie irlandaise. On y aurait bien lancé le drone pour observer les enclos circulaires et le relief.
  • Trim Castle : une grande forteresse du XIIe siècle édifiée dans un cadre magnifique et offrant une vue imprenable sur la Boyne. Nous n’avons pas eu le temps mais ça doit être plutôt sympa à voir.
  • Slane Castle : un superbe château irlandais, une belle distillerie de whiskey et un restaurant offrant une cuisine irlandaise moderne. Nous aurions tellement avoir eu plus de temps pour en voir plus de ce beau domaine.
  • Rock Farm : idéal pour ralentir le rythme, louer des vélos, acheter de bons produits du coin

Où manger à Slane ?
Nous avons déjeuné sur le pouce chez Hugo’s Farm Shop qui propose d’excellentes, soupes, tartines et gâteaux. Tellement excellents qu’ils ne restaient pas grand chose quand nous sommes passés (il faut dire qu’il était près de 15h). | Hugo's farm (facebook) 
Si on avait su, on aurait sûrement réservé une table au restaurant du Slane Castle pour un dîner romantique. Menu entrée/plat/dessert à 40€ | Slane Castle Restaurant 

Où dormir dans la vallée de la Boyne ?
Sans hésiter à Rock Farm Slane ! L’endroit est magique pour se reposer et se ressourcer en pleine nature. 
Pour ceux qui préférerait une formule plus hôtel, Conyngham Arms Hotel, aménagé dans une auberge du XVIIIe siècle magnifiquement restaurée, nous paraissait une excellente option de repli.

 
Plus d’infos sur la vallée de la Boyne : 
www.discoverboynevalley.ie/fr 

 

 JOUR 13 | HOWTH, un échantillon d'Irlande à deux pas de Dublin 

[ 82km | 1h35 | de Slane à Dublin, via Howth ]

La fin approche… Nous voulons profiter à fond de ce dernier jour en Irlande mais cherchons tout de même un endroit pas trop loin de Dublin car nous devons y retourner pour passer la nuit. Howth semble l’endroit rêvé pour ça ! On nous l’avait recommandé et nous n’avons pas été déçus de découvrir ce petit port de pêche charmant et ce littoral magnifique à quelques kilomètres de la capitale irlandaise

Malahide Castle, un des plus vieux châteaux d’Irlande

Mais avant de nous diriger vers Howth, nous faisons un arrêt au Malahide Castle, à 12 km seulement au nord du petit port. Fondé par la famille Talbot, ce château, construit au XIIe siècle, est l’un des plus anciens châteaux d’Irlande. Il fut la résidence principale de la célèbre famille pendant plus de 791 ans (de 1185 à 1976 !). En 1975, Rose Talbot vendu le château à l’Etat irlandais pour financer des droits de succession. Restauré depuis, il est possible de le visiter. À l’intérieur, c’est comme si le temps s’était arrêté : jouets en désordre, brosse à cheveux laissée sur la coiffeuse, tenue de nuit déposée sur la chaise, bottes prêtes à être cirées, thé préparé sur la table devant la fenêtre donnant vue sur le jardin… On croirait que tout a été a été laissé en place suite au départ de la dernière héritière qui donne comme un aperçu extraordinaire de sa vie au château. Le genre de visite qu’on aime particulièrement ! 

Ne manquez également pas le jardin botanique Talbot Botanic Gardens. Il commence à pleuvoir donc nous n’y resteront pas longtemps mais c’est charmant.

 

Malahide Castleeffets de la famille Talbot

 

INFOS PRATIQUES | Malahide Castle

Visite guidée seulement (possible en français). Durée 45min. Entrée combinée avec le jardin botanique.

Ouverture : tous les jours de 9h30 à 17h30 d’avril à septembre, le dimanche et les jours fériés de 9h30 à 16h30 en hiver
Tarif : 12,50€ 
Infos : www.malahidecastleandgardens.ie 

 

Howth, de belles falaises à côté de Dublin

Quelques minutes plus tard, nous arrivons dans le petit port de pêche aux maisons colorées de la presqu’île de Howth. Les nuages gris sont partis pour laisser place à un soleil radieux. Su-per !

Pour ceux qui viendraient simplement passer un grand week-end à Dublin, sachez que Howth est également accessible en transport en commun (via le DART, cousin du RER parisien) depuis la capitale irlandaise. L’endroit est d’ailleurs un grand incontournable d’un séjour à Dublin ! En l’espace de quelques minutes, on change complètement d’ambiance au profit du grand air, d’un moment paisible dans une petite ville portuaire et de balades le long de superbes falaises. Les Dublinois l’ont d’ailleurs parfaitement compris : tout le monde s’y rue le week-end pour passer un moment en famille ou entre amis (si vous le pouvez, évitez donc le week-end). 

Il faut dire qu'il y a tout ce qu’il faut pour accueillir les visiteurs : un grand parking sur le port, de nombreux restaurants et hôtels, un parc pour pique-niquer, une aire de jeux pour les enfants et des sentiers balisés plus ou moins longs bordant des falaises vertigineuses. De 1h30 à 4h de marche, il y en aura forcément un pour vous. 

Au vu du temps qu’il nous reste, nous avons opté pour le Cliff Path Loop (en suivant les flèches vertes) d’environ 2h de marche. Ce circuit scénique démarre du port, longe les falaises et revient au point de départ par les rues de la ville. Notez qu’il est possible d’apercevoir des phoques sur la promenade le long du port. Ils n’ont pas voulu se montrer pour nous mais peut-être aurez-vous plus de chance. Ensuite, il faut grimper un peu pour découvrir ce visage cliché de l’Irlande : des falaises accidentées balayées par les vents, des étendues verdoyantes qui viennent se jeter dans la mer, des panoramas magnifiques sur la baie de Dublin et l’île de Ireland’s Eye, et le phare de Baily qui ne quitte que rarement notre champs de vision… Ah comme nous aurions aimé continuer cette balade et aller le voir de plus près. Dans tous les cas, nous avons été plus que ravis de ce que nous avons pu voir. L’endroit est charmant, bucolique et a su resté assez sauvage malgré la ville pas loin. Rien de comparable aux cliffs of Moher ou aux Kerry cliffs bien sûr mais ça reste très sympa. Et puis, c’est surtout une excellente option pour s’évader une journée loin du tumulte de la capitale et s’offrir un échantillon des paysages d’Irlande.

 

falaises de Howthphare de HowthHowth à deux pas de Dublin

 

 

Retour à Dublin pour la nuit, soirée dans le quartier de Temple Bar plus particulièrement pour une dernière Guinness (allez, santé !).

 

INFOS PRATIQUES | Howth, Dublin
Comment se rendre à Howth ?
  • En transport en commun : Si vous séjournez à Dublin et chercher une petite escapade nature, se rendre à Howth en transport en commun est sûrement le moyen le plus simple et rapide. Il vous faudra alors prendre le DART (sorte de RER dublinois) jusqu’au terminus (impossible de se tromper) pour un peu moins de 10€ par personne. Comptez 25 minutes de trajet. Il paraît que la ligne longe la côte pendant une dizaine de kilomètres et offre un superbe panorama. Dites-nous si c’est vrai en commentaire ;)
  • En voiture : Howth n’est qu’à 15min de Dublin et très facile d’accès. Il y a un très grand parking gratuit près du port.

Quoi faire à Howth ?
Il est très facile de passer une journée entière à Howth tant il y a à y faire :
  • Randonner sur l’un des sentiers balisés longeant les belles falaises. Possibilité de se procurer une carte avec les balades à faire au guichet de l’office de tourisme situé au bout du quai.
  • Le Baily Lighthouse : un phare-musée de 1814 permettant de découvrir le quotidien des anciens gardiens de phare
  • Partir en excursion sur Ireland’s Eye, une réserve d’oiseaux restée sauvage.
  • Howth Castle Gardens, de beaux jardins au sein d’un château du XIVe siècle (gratuit, le château n’est pas visitable)

Où manger à Howth ?
Le village est plutôt touristique. Vous n’aurez aucun mal à trouver un restaurant, un fish&chips ou un irish pub. Le Beshoff Bros est plutôt réputé pour son excellent fish & chips fait avec de bons poissons frais de la pêche du jour.
Si vous venez un jour de week-end, on vous conseille de faire un saut au Howth Market, un marché local orienté vers les produits bios établi sur Haarbour Road. Idéal pour constituer son pique-nique avant d’aller gravir les falaises.

 

 JOUR 14 | Retour en France 

Et voilà, c’est fini ! Nous repartons avec des souvenirs plein la tête, des photos plein le boîtier et plein de choses à raconter (la preuve non ?).

 

Si vous aussi, vous souhaitez organiser un road trip en Irlande, on vous prépare un article dédié avec nos conseils pratiques.

Route Healy Pass Irlande de l'ouest

 

Et puis, si vous connaissez la Wild Atlantic Way, n’hésitez pas à partager avec nous votre expérience, vos impressions, vos bonnes adresses… c’est toujours sympa d’avoir d’autres échos.

 

En attendant, on vous souhaite une excellente rentrée à tous !

 

 

Et si comme nous, vous aimez Pinterest, on vous invite à nous suivre par ici et à épingler cet article pour le garder bien au chaud :

À bientôt pour de nouvelles histoires et aventures palpitantes,
Clémence + Vincent
Vous aimerez aussi
4 commentaire(s)

Profil de Chrys
4 septembre 2018 à 07:57
Que bel article ! Et complet ! J'ai adoré revivre certaines portions de notre voyage là-bas et en découvrir d'autres avec vous ! Le tout avec de belles images, chapeau les copains, il est top top celui là ! :) (les autres aussi en fait ;))
Profil de Clémence
9 septembre 2018 à 16:15
Merci Chrys !! On s'était inspirés de certains de vos articles pour préparer ce road trip ;) Ça vous tenterait de découvrir la Wild Atlantic Way ?
Profil de kathou
4 septembre 2018 à 12:46
Quelle aventure ! C'est splendide tout ça... et ça donne carrément envie d'y aller... Bisous
Profil de Clémence
9 septembre 2018 à 16:17
Ce fut un road trip incroyable ! Un des meilleurs qu'on a eu la chance de faire. On vous souhaite de découvrir ce pays aux paysages époustouflants. Des bisous.
Salut, nous c'est Clémence et Vincent, un couple de toulousains qui a la bougeotte. On partage ici nos instants aux 4 coins du monde ou à côté de chez vous.
Et si ça devenait les vôtres ?
Clémence + Vincent

Retrouvez-nous @Letempssefige


    © Le temps se fige | Blog voyage
    Tous droits réservés | Mentions légales