Le temps se fige
Between nature and history

Un grand week-end paisible en Camargue

1 mai 2018
vol de flamants roses

 

Pour ce grand week-end de Pâques, direction la Camargue. Ce bout de France isolé, séparé du reste du pays, enveloppé par les deux bras du Rhône nous a happé pour quelques jours sous le signe de la tranquillité et du dépaysement.

Passés Montpellier, nous poursuivons la route longée de roseaux et de marais vers Aigues-Mortes, les Saintes-Maries-de-la-Mer et les étangs du Parc naturel régional de Camargue. Alors que nous sommes à seulement 1h30 de Marseille et à moins d'une heure de Montpellier, ce plat pays semble déjà à part tant il est resté préservé, quasi sauvage et un peu mystérieux. Roseaux mouvant au gré du vent, marais impassibles, incomptables flamants roses, chevaux camarguais sauvages et un doux silence. Un silence qui nous donne cette impression d’être à mille lieues de toute civilisation. Juste nous, la route et la nature.

Alors que faire et que voir en Camargue ? On vous livre quelques idées pour déconnecter lors d’un week-end dans cette petite terre du bout du monde de la France.

Que faire et que voir en Camargue ?
NOS BONNES ADRESSES POUR UN WEEK-END APAISANT ET NATURE EN CAMARGUE

 

Délimitée par la ville d’Arles au nord et la mer Méditerranée au sud, la Camargue s’étend d’une part et d’autre du Delta du Rhône, dans le département des Bouches-du-Rhône et un petit peu dans celui du Gard. Elle se voit divisée en deux avec les appellations de Grande et Petite Camargue.

carte camargue le temps se fige
Toutes nos idées pour un grand week-end en Camargue sont retracées sur cette carte. 
 

I. ROULER FENÊTRE OUVERTE SUR LES BELLES ROUTES DE CAMARGUE

 

Durant ces quelques jours passés en Camargue, nous en avons fait des kilomètres. Des dizaines et des dizaines de kilomètres, souvent fenêtres ouvertes, à rouler au milieu de grands espaces à perte de vue et avec l’envie de s’arrêter au bord des routes toutes les cinq minutes pour admirer des flamants roses, caresser de beaux chevaux blancs, dire bonjour à des taureaux ou simplement photographier le paysage. Une envie de découverte, d’air pur, de profiter de l’instant, tout simplement.

Fait essentiellement d’eau et au vu de la superficie du territoire, de grandes distances peuvent séparer les différents points d’intérêt, il était inenvisageable pour nous de ne pas être motorisé, et comme nous le disons à chaque fois, le road trip nous offre un grand sentiment de liberté. En Camargue, c’est vraiment le moyen de transport idéal, surtout pour s'éloigner des grands axes. Les routes continentales ne sont pas propices aux arrêts de photographes, c’est pour cette raison que nous aimons emprunter les axes secondaires, ceux qui mènent nulle part, où l'on se retrouve seul et où l'on est sûr de ne déranger personne. C'est aussi ça la Camargue, prendre le temps de vivre en suivant les petites routes offrant de jolies vues et de beaux paysages.

 

1. Sur la route de Cacharel

vol de flamants roses

 

C’est sur la route de Cacharel que nous avons fait nos premiers kilomètres en terre camarguaise. Une main sur le volant et l’autre sur le rebord de la fenêtre, Vincent avale les kilomètres à bord de notre tuture tandis que je regarde défiler le paysage. Un premier vol de flamants roses passe au dessus de notre tête, un cheval blanc se rafraîchit au loin dans un étang, les maisons de lotissement s’effacent peu à peu laissant place à une nature grandissante, sauvage et douce.

Saviez-vous que le cacharel est un oiseau ? Maintenant oui.☺
Depuis Arles, suivre la D570, après Aigues-Mortes, au croisement prendre la D85A jusqu'aux Sainte-Maries-de-la-Mer.

 

2. À la rencontre de la faune typique de la région

chevaux camarguais

 

Si vous étiez en même temps que nous dans la région, il est possible que vous nous ayez croisé au bord d'une route en train de caresser les chevaux blancs qui voulaient bien sortir leur tête du pré ou en train d'appeler les taureaux noirs pour qu'ils s'approchent ou lèvent un peu la tête (toujours en train de brouter ces “petites” bêtes !).

Ces derniers sont les vrais rois de la Camargue. Le toro était avant tout destiné à la corrida. Ici, on l'élève pour sa viande, que l'on retrouve aux tables des restaurants ou dans les épiceries fines sous forme de saucisson ou de gardianne. On l'élève aussi pour la course camarguaise, moins cruelle que la corrida et véritable tradition. Le toro est ainsi présent dans toutes les fêtes populaires.

On vous avoue que nous avons quand même plus craqué pour les beaux chevaux blancs, parfois broutant calmement dans un pré et parfois galopant libre comme l'air entre les marais. Les chevaux sauvages sont tout de même assez difficile à voir, à moins d'être guidé par un fin connaisseur.

 

taureaux de camargue
cheval blanc camarguais

 

3. S’arrêter pour admirer les couleurs des salines

montagne de sel

 

Quand on pense à des étendues d’eau rose, on s’imagine devant le lac de Las Coloradas au Mexique ou devant celui d’Hillier en Australie. On ne pense pas que l’on puisse trouver de telles nuances sur nos terres françaises et plus particulièrement en Camargue. Et même si l’on se doute que cela doit être quand même bien autre chose, nous voulions voir ça de nos propres yeux.

Les salines sont très présentes en Camargue ; ce sont les plus étendues d'Europe, c'est pour dire. Il est possible de les apercevoir à Aigues-Mortes et au sud de Salin-de-Giraud. Elles appartiennent à l’entreprise Salins. Cette dernière a démarré son activité à Aigues-Mortes en 1856. Aujourd’hui, elle emploie plus de 1500 personnes et s’est développée en France, en Italie et en Espagne.

À Aigues-Mortes, il est apparemment possible de s’en approcher en louant un vélo. Nous n’avons pas pris le temps de le faire. Ici, le sel récolté est un sel de table. D’ailleurs il est possible que vous en ayez chez vous sans le savoir puisqu’il est vendu sous la célèbre marque La Baleine, ça vous dit quelque chose non ?

Au sud de Salin-de-Giraud, un point de vue a été aménagé donnant une vue panoramique sur les salines. Nous avons beaucoup aimé s'y arrêter, notamment pour voir la superficie que prennent les bassins, c’est impressionnant. Ici, le sel produit sert, lui, au déneigement des routes.

 

salins de Salin-de-Giraud
salines roses
montagne de sel
saline rose

 

Grâce à quelques tableaux mis à disposition aux visiteurs, on en apprend plus sur le fonctionnement des salines.

Entre mars et septembre, l'eau pompée de la mer circule dans les bassins de décantation en suivant un ordre bien défini sur plus de 50km de canaux. Selon le niveau de décantation, le bassin change de ton : du blanc, du bleu, du violet et parfois un peu de rose. A cette époque de l'année, la décantation n'a pas encore bien opérée mais nous apercevons tout de même quelques nuances de violet.

À une certaine concentration de sel par litre d'eau, le minéral va alors se déposer sous l'effet de l'évaporation. Il est ensuite récolté et accumulé sous forme de pyramides, appelées camelles. Un relief étonnant que l'on peut apercevoir depuis la route. Étincelant au soleil, éclatant de blanc, nous voilà face à une montagne que nous n'avons pas l'habitude de voir.

 

machine pour saline
devant les salines en camargue

 

4. Pour le coucher de soleil à l’étang du Fangassier

flamants roses étang du fangassier

 

L’étang du Fangassier est un site remarquable bien connu des ornithologues car accueillant depuis des dizaines d’années une colonie nicheuse de milliers de flamants roses. D’avril à mi-juillet, c’est la période de nidification. L’étang du Fangassier est alors l’endroit parfait pour voir ces mystérieux échassiers. Il paraîtrait cependant que depuis peu les volatiles préfèreraient les étangs d’Aigues-Mortes, nous n’en avons vu aucun autour de la cité médiévale lorsque nous y étions… qui sait, peut-être est-ce juste une rumeur, un mythe, une légende ?

Pour nous, ce fut surtout une de nos plus belles découvertes camarguaises, un moment magique au coeur d’un paysage singulier. La route pour s’y rendre se transforme petit à petit en un chemin de terre et de cailloux capricieux. Les trous et les bosses sont de mèche pour secouer la voiture dans tous les sens. Mais qu’importe, le paysage se transforme lui aussi pour n’être plus que lagunes et sansouïres. La nature nous entoure, seul le chemin sur lequel nous roulons est une marque de l’Homme.

Au loin, un groupe de flamants roses. Comme des gosses, nous sautons de la voiture pour aller les admirer. Ils sont quand même bien loin mais cette nature paisible qui nous enveloppe nous donne envie de profiter de l’instant. Dans le ciel, d’autres flamants roses. Leur vol est d’une telle élégance, un ravissement pour nos yeux. Et puis, le soleil descend doucement vers l’horizon. Le ciel prend alors ces couleurs qu’on aime tant. On ne pouvait rêver mieux pour finir cette journée que de se retrouver dans cet havre de douceur et de beauté.

 

coucher de soleil étang du fangassier
photo de flamants roses
amoureux étang du fangassier

 

 

II. FAIRE LE PLEIN DE TRANQUILLITÉ DANS DES ENDROITS PRÉSERVÉS

 

La Camargue regorge de sentiers balisés en pleine nature. En ce début de printemps, le soleil recommence à donner de sa personne, les végétaux reprennent vie et les moustiques ne sont pas encore très présents. Cette région restée sauvage est l'endroit idéal pour ressortir les baskets, refaire le plein de vitamines D et déconnecter.

 

5. La digue de la mer

balade en cheval digue de la mer

 

Construite au siècle dernier pour isoler le delta du Rhône des intrusions de la mer dans l’étang, la digue de la mer fit perdre à ce dernier son fonctionnement naturel. Aujourd’hui, ce sont des vannes qui permettent les échanges d’eau.

Longue de 12km entre le phare de la Gacholle et les Saintes-Maries-de-la-Mer, il est possible de la suivre à pied, à vélo ou à cheval. C’est une excellente randonnée pour sentir l’air marin, observer les oiseaux dans les étangs (nous y avons vu notre premier groupe de flamants roses), prendre le grand air en fait.

 

plage Les-Saintes-Maries-de-la-Mer
digue de la mer
flamants et chevaux digue de la mer
INFOS PRATIQUES | La digue de la mer

DURÉE : comptez entre 4 et 5h de marche A/R

SE GARER : aux Saintes-Maries-de-la-Mer ou au parking de la Gacholle (nous avons commencé la promenade aux Saintes, si on avait su on aurait commencé de l’autre côté car apparemment plus sympa, tant pis)

CONSEIL :
   - prenez de bonnes chaussures car le chemin est souvent de terre et ça sera commode si vous voulez vous aventurez entre les marais
   - prenez également bouteille d’eau et éventuellement sandwiches car aucun point d’eau ou de restauration sur le chemin

LOUER UN VÉLO : plusieurs loueurs de vélos sont présents aux Saintes-Maries-de-la-Mer ou à Salin-de-Giraud

 

6. Le Domaine de la Palissade

domaine de la palissade

 

Nous voilà partis au Domaine de la Palissade pour deux heures de découverte en pleine nature, comme coupé du monde.

Entre eaux saumâtres et terres arides, nous parcourons l’un des derniers espaces à n’avoir été que très peu exploité par l’Homme. Ce petit bout de Camargue, coincé entre le Rhône lui-même et les étangs, est un espace naturel protégé par le Conservatoire du Littoral. Pour profiter de ces 700ha de paysages emblématiques, il est possible d’emprunter plusieurs sentiers allant de 30min à 3h de marche ou de choisir le cheval blanc comme allié. Nous avons opté, avec un peu de regret, pour nos baskets. Cependant, ne vous détrompez pas, ici, la nature est reine au point que certains sentiers étaient difficilement accessibles tant l'eau du fleuve était montée. Il est normalement d’usage d’observer plusieurs espèces d’oiseaux, flamants roses inclus, notamment en s’arrêtant aux différents observatoires situés en bordure des étangs. Il faut croire qu’ils nous boudaient ce jour-là… 

 

observer les flamants roses
domaine de la palissade
faune et flore domaine de la palissade
INFOS PRATIQUES | Le Domaine de la Palissade

OUVERTURE : tous les jours
HORAIRES : 9h-17h, 18h de mi-juin à mi-septembre
TARIF : 3€, gratuit pour les -12 ans

SITE WEB : palissade.fr

Possibilité de balades à cheval, tous les jours d'avril à octobre (19 à 45€ pour 1 à 3h de balade).
Possibilité de louer des jumelles.

 

7. Les Marais du Vigueirat

marais du vigueirat

 

Les Marais du Vigueirat sont aussi une propriété du Conservatoire du Littoral. Ils bénéficient, en plus, d'un classement en réserve naturelle nationale.

Ici, on goûte à la sensation de marcher entre les roseaux. D'une superficie de 1200ha, l'endroit est une immense mosaïque de milieux naturels humides. Suivant les sentiers sur pilotis, on se retrouve littéralement cernés par cette grande végétation dorée. Et puis, au détour d'un petit virage, on pénètre dans un observatoire fait de bois et de roseaux, construit pour être confondu avec le paysage. Situé au bord du marais, il faut sortir les jumelles pour zoomer sur le flamant rose, le héron ou le ragondin. Hélas, en fin d'après-midi, le monde ayant déjà profité du site a quelque peu effrayé la faune locale. Peu d'animaux à observer pour nous. Ce n'en fut pas moins une jolie découverte et une paisible promenade.

 

vincent marais du vigueirat
clémence marais du vigureirat
observatoire marais du vigueirat
marais du vigueirat
marais du vigueirat
INFOS PRATIQUES | Les Marais du Vigueirat

OUVERTURE : tous les jours de mi-janvier à fin novembre
TARIF : 3€
PARKING à l'entrée gratuit

SITE WEB :  marais-vigueirat.reserves-naturelles.org

Buvette et restauration bio d'avril à septembre, bien sympathique (sandwiches et assiettes à partir de 5€)

 

8. Le parc ornithologique du Pont de Gau

parc ornithologique du Pont de Gau

 

À quelques minutes de route des Saintes-Maries-de-la-Mer, on trouve l'un des sites de Camargue sûrement les plus touristiques. Le parc ornithologique du Pont de Gau est un espace naturel de 60ha entièrement dédié à l'observation de la faune de la région et, vous l'aurez compris, plus particulièrement de nos amis à plumes.

En suivant les sentiers balisés, on peut observer différentes espèces d'oiseaux et souvent même de très près. Ici, canards, hérons et flamants roses animent le parc pour le plus grand plaisir des petits et des grands. Nous qui les avions manqué au Domaine de la Palissade et aux marais du Vigueirat, nous étions ravis de pouvoir les approcher enfin.

En fin de journée, ils sont particulièrement agités. Venant d'être nourris, ils jouent et se chamaillent dans un énorme brouhaha. Dans les cieux, on assiste à un véritable ballet. Synchronisés, les flamants prennent leur envol les uns après les autres alors que d'autres viennent se poser tout en douceur dans les étangs. Le soleil, lui, brille fort. La lumière est puissante et dorée, se mariant à merveille avec cette végétation ocre et teintant si joliment les eaux des lagunes. Que c’est beau ! Et puis, vient le moment où le soleil touche l’horizon... Déclencheur d’une journée terminée, les derniers rayons de soleil se vident de leur belle lumière tandis que les flamants roses s’envolent les uns après les autres vers l’infini et l’au-delà de nouveaux horizons. Et puis, un silence.

ATTENTION aux moustiques ! C’est ici que nous en avons vu le plus, à croire qu’ils sont au courant que c’est un endroit touristique et donc qu'ils peuvent trouver du sang frais à toute heure. Couvrez-vous bien et pensez au spray.

 

flamants roses
flamants roses
oiseaux parc ornithologique du Pont de Gau
vol flamants roses parc ornithologique du Pont de Gau
silence parc ornithologique du Pont de Gau

 

INFOS PRATIQUES | Le parc ornithologique du Pont de Gau

OUVERTURE : tous les jours
HORAIRES : 9h-19h d'avril à septembre, 10h-18h d'octobre à mars
TARIF : 7,50€ pour un adulte, 5€ pour les 4-12 ans

SITE WEB : parcornithologique.com

CONSEIL : il est possible de rester après la fermeture des portes. En y allant vers 18h30, nous avons pu rester autant de temps que nous voulions et profiter ainsi du coucher de soleil, il n’y a alors pas grand monde.

Buvette ouverte d'avril à octobre.

 

 

III. FLÂNER DANS LES RUES DES VILLES ET VILLAGES SUPER JOLIS

 

Parce qu'il n'y a pas que des balades en pleine nature, au milieu d’étangs et de marais, à faire en Camargue. Nous sommes partis flâner dans les jolies rues pavées de deux petites villes camarguaises. Bien différentes l'une de l'autre mais avec un charme bien commun.

 

9. Aigues-Mortes, la cité médiévale

remparts Aigues-Mortes

 

Cachée derrière d’immenses remparts, Aigues-Mortes est un petit village préservé. Attention, il n’en est pas moins touristique, même si au mois d’avril, cela reste plutôt calme. Il faut y venir le matin quand les visiteurs ne sont pas encore bien nombreux, quand les petites boutiques viennent juste d’ouvrir leurs rideaux et que les cafés et restaurants commencent à préparer leurs tables.

Pour apprécier la vieille cité à sa juste valeur, l’idée est de découvrir d’abord lentement son centre en flânant dans les rues pavées et en poussant les portes de ses mignonnes adresses. À l’occasion, entrez dans l’église Notre-Dame-des-Sablons ; on a aimé ses vitraux modernes se mélangeant avec originalité avec l’édifice.

 

centre historique Aigues-Mortes
boutique Aigues-Mortes
façade Aigues-Mortes

 

Ensuite, il faut se diriger à l’extérieur des remparts. La carte postale de la Camargue gardoise est là : la muraille d’Aigues-Mortes, les salines au loin, les calmes étangs et les roseaux dorés. Il n’y a quasiment personne, on se balade en longeant les étangs tout en profitant de la quiétude des lieux. Les premiers rayons d’un soleil de printemps traversent les nuages, les roseaux bougent lentement au gré du vent, deux canards se chamaillent un petit morceau de pain et un ragondin a décidé de faire une petite nage… on est bien.

 

marais Aigues-Mortes
rempart Aigues-Mortes
marais Aigues-Mortes
murailles Aigues-Mortes

 

10. Salin-de-Giraud, la cité ouvrière

façade Salin-de-Giraud

 

Nous avons eu comme un petit choc en arrivant à Salin-de-Giraud, comme si en l’espace de quelques minutes nous avions changé de région voire de pays. Avec ses rues impeccables longées d’immenses platanes et ses maisons de briquettes toutes identiques, on se croirait littéralement dans le nord, si ce n'est en Angleterre.

Au XIXe siècle, l’exploitation du sel se développe dans la région suscitant la migration d’une main d’oeuvre venue de tout le pourtour méditerranéen. Le village devient alors cité ouvrière.

S’y promener au petit matin est un véritable plaisir. Les rayons du soleil font éclater les tons orangés des briques, les volets s’ouvrent petit à petit, quelques personnes vont chercher les croissants à la boulangerie du coin, la cité se réveille doucement…

 

platanes et bâtiment Salin-de-Giraud
rue Salin-de-Giraud
maison Salin-de-Giraud
 

 

IV. SE REPOSER DANS NOS ADRESSES DE CHARME

 

Après une longue journée de marche ou de voiture, qui n'aime pas se reposer au calme et si possible dans un endroit débordant de charme ? Pour une fois, nous avons laissé la tente de côté (les nuits étant encore assez fraîches pour ce début de printemps) et choisi de passer nos nuits dans des adresses authentiques et joliment décorées et, qui plus est, à un bon rapport qualité-prix.

 

11. Se retrouver dans un petit cocon à Un nid en camargue

chambre un nid en camargue

 

C'est Saïda qui nous accueilla dans sa jolie maison de maître du XXe siècle. Situé dans un parc de 5000m2 à Salin-de-Giraud, ce B&B est un véritable cocon pour des amoureux. Décorée avec soin, nous nous sommes vite senti bien dans notre très jolie et spacieuse chambre. Et puis, après une très bonne nuit de sommeil, nous avons eu droit à un excellent petit-déjeuner continental dans la salle à manger baignée de lumière. Confitures maison, fruits, yaourts, thé, café, top !

 

entrée un nid en camargue
lavande un nid en camargue
tarifs franc un nig en camargue
déco un nid en camargue
petit-déjeuner un nid en camargue

 

INFOS PRATIQUES | Un nid en Camargue
   15 rue de la Victoire, 13129 Salin-de-Giraud

PRIX : de 70 à 120€ la nuit pour deux avec petit-déjeuner

> Réserver une chambre à Un nid en Camargue

 

12. Le Mas d'Isnard, le charme d’un lieu authentique

chambre mas d'isnard

 

C’est dans le très beau mas rénové par Gérard que nous avons choisi de passer la nuit. Aux portes d’Arles, le Mas d’Isnard est situé au cœur d’une Camargue rurale. Chevaux, moutons et ânes pâturent sur le domaine. À l’intérieur, murs en pierre et poutres apparentes donnent une ambiance particulièrement chaleureuse au lieu. On s’y sent tout simplement bien. Au matin, nous avons encore été gâté. Tartines de confiture maison, très bon café et jus d’orange frais, de quoi bien commencer la journée !

 

INFOS PRATIQUES | Le Mas d’Isnard

PRIX : 80€ la nuit, 8€ le petit-déjeuner par pesonne (un poil cher dans l’ensemble mais le cadre est tout de même ravissant)

> Réserver une chambre au Mas d’Isnard
 

Monotone au premier regard, il faut oser plonger dans cette nature restée sauvage et pourtant si douce pour en découvrir les vraies couleurs. Admirer les jeux de lumière des rayons du soleil sur les marais et les salins au fil de la journée, choisir le cheval pour une balade entre les étangs, chausser ses baskets pour se promener entre les marais et emprunter les routes de traverse pour se retrouver vraiment seul au milieu de nulle part. Ce haut-lieu de la biodiversité fut pour nous une parenthèse enchantée l'espace d'un week-end. C'est un joli coin de France idéal pour une découverte printanière au plus près de la nature et d'une faune sauvage.

Alors, quand allez-vous en Camargue ?

 

 

Toi aussi tu es sur Pinterest ?

À bientôt pour de nouvelles histoires et aventures palpitantes,
Clémence + Vincent
Vous aimerez aussi
10 commentaire(s)

Profil de Itinera magica
Itinera magica
2 mai 2018 à 21:15
Magnifique article sur cette région dont je suis folle ! Merci pour cette promenade.
Profil de Clémence
3 mai 2018 à 10:49
Merci Alexandra pour cet adorable message ! Cette région nous a complètement charmée, c'est tellement bien d'avoir ça en France. :)
Profil de Fabrice
Fabrice
3 mai 2018 à 08:36
Franchement, je reste baba de la beauté des photos et de la justesse des impressions ! Comment faites-vous ça ?
Profil de Clémence
3 mai 2018 à 10:54
Oh merci, trop gentil !! Tu parles, on ne va pas dévoiler tous nos secrets :D Non sincèrement, aucune idée vraiment.
Profil de alaindici
3 mai 2018 à 23:31
Très bel article qui rend bien hommage à cette région à part qu'il faut absolument découvrir pour en apprécier les grands espaces peuplés et les vraies traditions
Profil de Clémence
9 mai 2018 à 22:36
Merci Alain pour ce message attentionné et avec lequel nous ne pouvons qu'être entièrement d'accord. Ce fut pour nous une très jolie découverte. Notre France regorge de si beaux endroits, la Camargue ne fait pas exception.
Profil de Never stop exploreating
7 mai 2018 à 21:50
Tes photos sont très belles, pleines de douceur, tu sais donner envie de découvrir la région ! Bises
Profil de Clémence
9 mai 2018 à 22:38
Merci beaucoup ! Cette région nous a fait beaucoup de bien l'espace d'un grand week-end. Tu as déjà l'occasion d'y aller ?
Profil de Colomina dany
Colomina dany
10 mai 2018 à 13:20
Superbes photos.. Merciiii... Juste une émotion, éprouvée depuis quelques jours...Les nombreux passages des péniches touristiques, bateaux de plaisanciers, sur la canal Rhône à Sète, actuellement en période de naissance des petits canetons sauvages... Tout cela laisse derrière beaucoup de dégats, les digues, et surtout, les mamans canes sauvages .Elles appellent leurs progénitures, nées de quelques heures, qui subissent les vagues des bateaux...Même à allure lente, cela fait beaucoup de vagues...Projetés dans les roseaux, les vagues successives les noient. J'ai assisté ce matin à cela. Un habitant d'une péniche, basée à l'année, me disait que tous les jours des bébés flottent inanimés..."""C'est la sélection naturelle m'a t'il dit"" Non, je lui ai dit : ce n'est pas de la sélection naturelle, mais financière plutôt... Notre éco-système est bien malmené... Limiter le passage durant quelques jours en identifiant les nids, serait à mon sens important...Mais, est ce que cela intéresse quelqu'un? Le malheur des uns fait le bonheur des autres, m'a aussi dit ce riverain.
Profil de Clemence
21 mai 2018 à 17:43
Pardon pour cette tardive réponse, nous étions en Irlande dernièrement sans ordi et peu de réseau. Nous prenons le temps de répondre maintenant. Tout d'abord, merci d'être passé sur notre blog. Nous sommes désolés d'apprendre cela. Il est vrai que le tourisme a des facettes cachées et parfois mauvaises qu'il est malheureusement bien difficile de combattre. C'est très bien, en tant que visiteur, de prendre conscience de ce genre de choses afin d'être prudent dans ses choix d'activités/visites.
Salut, nous c'est Clémence et Vincent, un couple de toulousains qui a la bougeotte. On partage ici nos instants aux 4 coins du monde ou à côté de chez vous.
Et si ça devenait les vôtres ?
Clémence + Vincent

Retrouvez-nous @Letempssefige


    © Le temps se fige | Blog voyage
    Tous droits réservés | Mentions légales